L’Australie en souvenirs pour prolonger le voyage Downunder

6
4594
Souvenirs d'Australie

Après des dizaines d’articles couvrant tous les sujets nécessaires à une bonne préparation au départ de la France en direction de l’Australie, il était grand temps de parler du départ d’Australie pour rentrer en France. Mais loin des formalités et des responsabilités, pourquoi ne pas commencer par se poser l’agréable question de savoir ce qu’on pourrait bien ramener de ce voyage ? Petit aperçu en souvenirs que vous pourriez vous aussi un jour rapporter d’un séjour en Australie!

L’Australie en souvenirs aborigènes

Premier objet dans la liste aux yeux de presque tous les voyageurs en terre australe : le célèbre didgeridoo, également appelé yidaki dans certains dialectes. Qu’est-ce qu’un didgeridoo ? Ce long tube de bois est un instrument de musique traditionnel utilisé à la façon d’une trompe ou d’un cor : en soufflant dedans, il est possible d’obtenir un son profond et bourdonnant résonnant sur de longues distances.

Pour confectionner leur didgeridoo, les aborigènes appliquent une méthode simple et pragmatique : creuser l’intérieur du tube est une opération délicate qu’ils laissent… aux termites ! Les artisans n’ont donc qu’à choisir un tronc ou une branche qui leur convient, la couper, la dénuder de son écorce et en façonner l’extérieur, parfois décoré de riches peintures dans des teintes d’ocre, de noir et de blanc.

didjeridoo

L’embouchure du tube utilisée pour souffler sera ensuite entourée de cire d’abeille, et voilà – l’instrument est prêt ! Mais pour devenir virtuose, attention : il faudra à tout prix maîtriser la technique de la respiration circulaire, ou souffle continu, sous peine de s’arrêter au bout de quelques secondes.

Pour accompagner le didgeridoo, l’Australie en souvenirs peut rimer avec un instrument moins connu des visiteurs, les clapsticks, une simple paire de bâtons frappés en rythme.

Autre option pour faire du son même lorsque l’on est totalement dépourvu du sens du rythme : le bullroarer, une fine planche de bois attachée à une cordelette. Lorsqu’on le fait tourner dans les airs, il produit un puissant vrombissement qui s’entend lui aussi à des kilomètres à la ronde !

Pour qui veut ramener de l’artisanat aborigène sans pour autant faire monter les décibels, l’autre star des objets de bois traditionnels est bien sûr le boomerang. Utilisé pour la chasse, le boomerang existe en réalité en de nombreuses variantes : la plus connue est une simple longueur de bois incurvée qui, lancée correctement, décrit une ellipse qui la fait revenir à l’envoyeur. Elle était utilisée pour lever le gibier lors de la chasse, ou s’exercer à des jeux d’adresse. D’autres modèles de boomerang adoptent des apparences différentes, à trois ou quatre pales, tandis que d’autres encore n’ont jamais été faits pour revenir vers le lanceur : les « throwing sticks » volent droit vers leur cible et frappent pour tuer.

Art aborigéne

Au-delà de l’artisanat, vous pouvez aussi simplement opter pour l’art : en Australie, les peintures aborigènes sont partout. Les toiles modernes accueillent aujourd’hui des peintures traditionnelles qui n’étaient auparavant réalisées que sur le roc des cavernes et l’écorce des arbres. Silhouettes animales, symboles traditionnels et « dot painting », ce style à base d’une multitude de petits points, sont parmi les caractéristiques les plus frappantes des peintures aborigènes, mais tous les artistes ne se conforment pas aux mêmes codes : certains, comme le célèbre Albert Namatjira, préfèrent tracer les paysages arides de l’outback à l’aquarelle, et la variété est donc de mise pour qui souhaite la chercher.

La panoplie australienne

Au premier rang de la panoplie du fan officiel d’Australie, l’incontournable drapeau national, avec ses étoiles blanches sur fond bleu et son Union Jack en haut à gauche, se vend dans toutes les tailles – du petit drapeau de papier monté sur cure-dent au grand drapeau de toile prêt à être arrimé à un mât (ou, plus sagement, pendu à un mur).

Si le drapeau ne vous suffit pas, pas de panique : se mettre aux couleurs de l’Australie, on peut le faire de pied en cap. Tshirts, débardeurs, survêtements, tongues et même caleçons tout de bleu et de blanc se trouvent par brassées sur les étalages des magasins de souvenirs, et les couleurs ne conviennent pas à votre teint il est encore possible de se rabattre sur le jaune et vert : les couleurs officielles des équipes de sport nationales !

Le chapeau typique australien
Le chapeau typique australien

Pour couronner la tenue, l’indispensable chapeau de cowboy en cuir, très utile pour se protéger de la pluie et du soleil. La marque la plus réputée du pays est Akubra, tellement célèbre qu’elle prête même son nom au style de chapeau. Le renom a un prix et les akubras ne sont pas donnés, mais d’autres marques comme Barmah ou Jacaru fournissent des chapeaux de bonne facture à un tarif un peu plus abordable. Certains de leurs modèles sont très pratiques pour le voyageur, puisqu’ils peuvent se plier et se ranger dans un sac de toile facile à mettre dans ses bagages !

Côté accessoires, l’Australie sait satisfaire les amateurs de bijoux et de pierres précieuses puisqu’on y trouve des opales et des saphirs, qu’on y mine l’or et l’argent. Si vous le pouvez, préférez acheter directement dans les régions concernées : par exemple des opales à Coober Pedy, des saphirs dans l’outback du Queensland et des pépites d’or du côté de Ballarat, dans le Victoria.

L'Australie en souvenirs : bague avec une opale
Opale par blackstaropal.com

Dernier jeu de couleur incontournable pour qui a arpenté les routes du continent : le jaune et le noir, combinaison utilisée pour tous les panneaux routiers du pays. Ces panneaux inoubliables qui se rencontrent à chaque virage et font rêver avant même de partir peuvent eux aussi se ramener – et inutile d’aller penser à dévisser la propriété publique sur le bas-côté !

L’Australie en souvenirs peut aussi se décliner en des copies de tous les panneaux routiers les plus populaires qui sont disponibles en version plastique de différentes tailles : kangourous, wombats, koalas, diables de Tasmanie, pingouins ou ornithorynques. Toujours caustiques, les australiens ont même créé des panneaux souvenirs inédits, comme ceux qui indiquent aimablement les toilettes (un cabanon de bois décrépi et entouré de mouches) ou le dernier bar avant quelques centaines de kilomètres (tout aussi décrépi, mais pourvoyeur de bière). Les plus petites tailles sont aussi vendues avec une ventouse pour être collés aux vitres d’une voiture et le tout se retrouve également sous forme d’autocollant ou de porteclé.

roadsign australien

La déco ainsi faite, n’oubliez pas de parachever votre panoplie australienne avec un peu de culture : profitez de votre séjour pour découvrir auteurs et artistes australiens, parfois célébrités mondiales, parfois inconnus en dehors de leur pays et ramenez leurs œuvres dans vos bagages. Au rang des musiciens australiens les mieux connus on citera AC/DC, Midnight Oil, Xavier Rudd, The Cat Empire, Wolfmother, INXS, Cold Chisel, Nick Cave & the Bad Seeds, John Butler Trio… Si vous ne les connaissez pas encore, découvrez-les sur place et ramenez-les sans efforts sur votre lecteur mp3.

Côté cinéma, jetez un œil aux DVD des productions locales difficiles à trouver en Europe : Lucky Miles, Samson & Delilah, Ten Canoes ou Japanese Story sont quelques-uns des meilleurs films du pays.

Amateur de littérature ? Découvrez les balades des « bush poets », les poètes de la brousse comme Banjo Paterson et Henry Lawson, auteurs légendaires en Australie. Dernière option, peut-être plus accessible, s’abonner à un magazine comme Australian Geographic : un bon moyen de garder le contact avec l’Australie depuis le confort de son chez soi français.

L’Australie en souvenirs côté cuisine

Si par chez nous chaque région a sa petite spécialité culinaire, on ne peut malheureusement pas vraiment en dire autant de nos amis australiens qui n’ont pas de style de cuisine propre à leur pays, empruntant plutôt à leurs origines européennes ainsi qu’à leurs voisins indiens et asiatiques.

Malgré tout, il est possible de trouver quelques produits typiquement de là-bas, à commencer par cette mystérieuse substance qu’est la Vegemite. Imaginez tartiner du Viandox sur votre tranche de pain beurré au petit-déjeuner et vous aurez une petite idée de ce qu’est la Vegemite.

L’Australie en souvenirs peut aussi prendre la forme de cette étrange pâte à tartiner qui dégoûte presque tous les étrangers, les australiens en raffolent et ils ont presque tous grandi avec. Ramenez-en un pot et il est peu probable qu’il sera un jour mangé, mais il devrait donner lieu à quelques bonnes farces et éclats de rire… Pour l’alternative soft, il est toujours possible de remplacer la Vegemite par du beurre de cacahuète, également cher aux australiens.

Pour remettre son palais du choc, mieux vaut s’assurer de ramener des souvenirs bons et pas seulement comestibles ! Premier objet sur la liste : les TimTam, biscuits au chocolat incontournables en Australie et dont le goût fait cette fois l’unanimité. Malheureusement, avec le temps, les TimTam commencent à perdre en exotisme : de nos jours, on peut en trouver sur les étagères de Monoprix.

L'Australie en souvenirs : Biscuits Tim Tam

Pour une pointe d’originalité, il faudra donc ramener des TimTam d’une variété seulement vendue en Australie (chocolat noir, caramel…) et surtout les faire déguster à la façon australienne : le TimTam Slam, c’est tout simplement croquer les deux extrémités de son biscuit puis se servir du reste comme d’une paille pour boire son thé. Une technique à peu près aussi satisfaisante que salissante !

Option un peu plus élégante côté boisson : ramener quelques bonnes bouteilles de l’autre bout du monde. On trouve plusieurs régions viticoles en Australie, notamment du côté d’Adelaide (Barossa Valley, McLaren Vale), de Sydney (Hunter Valley), de Perth (Margaret River) et de Melbourne (Yarra Valley). Sillonner les vignobles permet de s’offrir des petites dégustations gratuites idéales pour choisir la perle rare – et s’il ne faut retenir qu’un cépage, pensez au syrah, particulièrement apprécié en Australie.

Si vous êtes dans le nord du pays, oubliez les vins traditionnels et essayez les vins et portos tropicaux : faits à partir de leetchis, de mangue, de gingembre ou de ginseng, ces breuvages ont un goût unique et exotique qu’il sera bien plus difficile de retrouver en France.

Dernière option alcoolisée, ramener quelques bouteilles de bière australienne : Coopers et Little Creatures fédèrent beaucoup d’amateurs, tandis qu’XXXX, Tooheys et Victoria Bitter se descendent en masse dans les soirées. Et bien sûr, si vous décidez de ramener des bières australiennes, n’oubliez pas de les accompagner de quelques « stubby holders » : une gaine de mousse utilisée pour garder sa bière au frais, même dans la main !

Les photos

Bien sûr, au-delà de tous les souvenirs qui s’achètent, il y a aussi les souvenirs que l’on s’est créé soi-même, dont beaucoup ont été immortalisés en photo au fil du parcours. Si de nos jours ces images se stockent, se transportent et se diffusent avant tout sur l’écran d’un ordinateur, il ne faut pas pour autant totalement en oublier le plaisir d’un support papier : une fois rentré en France et débarrassé de la contrainte du « mes possessions matérielles doivent toutes rentrer dans mon sac bourré à craquer », pourquoi ne pas tirer parti de toutes les offres disponibles actuellement pour effectuer des tirages de ses photos ?

Les prestataires ne manquent pas dans ce domaine et des sites internet comme Lulu ou Photoservice vous permettront non seulement de commander des tirages et agrandissements, mais aussi d’imprimer vos clichés sur toile ou au format poster, voire même de les compiler en calendrier ou dans un véritable livre relié où ils pourront éventuellement être accompagnés de textes. Quel meilleur souvenir et conclusion à l’aventure que de voir son propre livre de voyage trôner fièrement sur l’étagère du salon et être compulsé avec curiosité par les amis de passage ?

Ceux qui ne se sentent pas l’âme d’un photographe pourront toujours se diriger vers le travail des professionnels et trouver leur bonheur dans l’une des nombreuses galeries qui parsèment l’Australie – par exemple celle de Ken Duncan, située dans le quartier des Rocks à Sydney, où s’affichent notamment d’immenses panoramas encadrés aux couleurs éclatantes.

Vous pouvez aussi, au fil du voyage, vous faire une belle collection de photos de spécimens de la faune australienne, lisez cet article et suivez nos conseils

Les petits souvenirs du quotidien

Les derniers souvenirs de la liste de l’Australie en souvenirs ne sont pas les moindres : souvent gratuits ou peu chers, anodins, presque oubliés, ils contribuent pourtant à raviver la nostalgie du voyage et appellent à se remémorer des tranches du quotidien australien.

Un petit souvenir, c’est quoi ? Tout et rien : une go card de transports en commun utilisée durant un séjour à Brisbane, des billets ou pièces de monnaie restés au fond du portefeuille, des tickets de train, d’avions, de visites, une brochure illustrée d’un endroit visité, une plume d’oiseau trouvée au détour d’un sentier de randonnée… Autant d’objets toute somme banals et pourtant significatifs, qui pourront peut-être un jour se glisser entre les pages d’un précieux carnet de route ou être stocké dans une petite « boîte aux trésors » sous un lit. Une petite boîte à déterrer les jours de pluie ou quand l’appel de la route se fera à nouveau sentir dans l’air…

6 Commentaires

  1. Dans les petits souvenirs pas chers, je rajouterai pour les heureux veinards qui n’arrivent pas à vendre à temps leur VAN (ou s’il finit à la casse, ma variante préférée), les plaques d’immatriculation !! Pas cher, typique, personnel et en prime vous ramenerez quelques centaines d’insectes australiens écrabouillés sur le métal!