11.5 C
Sydney
22 juin 2024

Postuler pour les vinifs : c’est maintenant !

Le 1er site francophone sur l’Australie, le pays-continent Forums Working Holiday Visa Jobs whv Postuler pour les vinifs : c’est maintenant !

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Auteur
    Messages
  • #79269
    kevin-tanunda
    Participant

    Bonjour à tous ;

    Un petit retour d’expérience toute fraiche puisque je viens d’obtenir un job pour les prochaines vinifications pour au moins 4 mois et ce depuis la France (comme quoi y a de la place).
    Je me suis dit que certains, à la recherche d’emploi, pourraient être intéressés.

    Il faut savoir que les wineries sont en train de concevoir leurs plans de vinifs dès maintenant, et donc établissent leurs besoins en personnel (casual cellar hand, vintage 2013).
    La plupart d’entre elles étudient les candidatures jusqu’à fin novembre. Celles qui démarrent plus tôt sont encore plus pressées.
    Les vinifs démarrent avec les vendanges en janvier pour les régions chaudes (Hunter Valley) et se terminent en mai pour la Tasmanie et la NZ. Les missions durent en moyenne 6 à 12 semaines.

    Tout d’abord, le site internet principal : http://www.wineindustryjobs.com.au/
    Semblable au « vitijob » hexagonal, il répertorie les différentes offres par secteur (de métier).
    Pour ceux qui voudraient se limiter aux vendanges, autant contacter directement les propriétés.

    Ceux (celles) qui sont qualifié(e)s (type BTS viti-oeno, DNO, ingé agro) n’auront aucun mal à se trouver une place. Trouvez l’équivalent australien à votre diplôme (par exemple, pour le BTS viti-oeno, il s’agit du TAFE in viticulture & winemaking). Ne pas oublier d’intégrer vos références à votre candidature (et d’insister dessus) car j’ai l’impression que c’est un point très important pour les recruteurs.
    Si vous êtes fraichement diplômé(e)s, donc sans ou avec peu d’expérience, il faudra persévérer et ne pas hésiter à accepter des postes en dessous de vos compétences (comme en France, exactement !).
    Il faut savoir qu’il y a une carte à jouer dans ce secteur pour l’obtention de skilled visas ou sponsor.

    Ceux et celles qui n’ont ni diplôme ni expérience dans ce secteur ont aussi leurs chances. Ça serait bien sûr un mensonge de dire que ça va être facile !
    Ce qui est avant tout demandé au personnel c’est de la disponibilité (nuits, dimanches) et une grosse résistance : 12 heures par jour, un seul jour de repos par semaine. Mais comme c’est payé à l’heure, ça peut tout de même être intéressant !
    Mais il y a un très gros atout que vous pourriez faire valoir : l’accréditation à la conduite de chariots élévateurs (forklift licence).
    Si vous ne l’avez pas, économisez sur quelques pintes et passez la formation (moins chère et moins contraignante qu’en France). Compter de 400 à 700 $ la formation. Elle pourra toujours vous servir pour la suite de votre périple (attention à sa validité dans chaque État).

    J’espère pouvoir en aider quelques un(e)s.
    Bon courage !

    #375473
    Gael07
    Membre

    Merci à toi, ça peut nous servir!!!

    #375474
    Gael07
    Membre

    Merci à toi, ça peut nous servir!!!

    #375475

    Merci c’est une bonne idée! et entant que main d’oevre sans expérience est ce que tu sais plus ou moins combien c’est payé de l’heure ?

    #375476
    kevin-tanunda
    Participant

    Je ne sais pas mais très certainement le mini, soit une quinzaine de $/heure, peut-être un peu plus. Certaines wineries sont plus généreuses que d’autres !
    En revanche il y a des majorations sur le travail de nuit et le dimanche. D’autre part, beaucoup proposent un coup de pouce au logement, sachant que leur main d’oeuvre occasionnelle n’est pas forcément locale.

    Pour te faire une idée, j’aurai une maison à partager avec trois autres « overseas » pour 110 $ la semaine chacun.

    Généralement tous ces détails sont annoncés après un premier contact positif.

    #375477
    matwela
    Membre

    Salut! je suis bien motivé pour un job dans les vignes aussi. Dis moi ça serait possible que tu me montre un exemple de ta lettre de motivation pour bosser dans ce domaine?

    #375478
    kevin-tanunda
    Participant

    Salut ;

    Attention : il ne s’agit pas là de boulot dans les vignes mais dans les chais.
    Je précise ça parce qu’à l’instar de certains négociants français, certaines wineries ne disposent pas de vignes (elles achètent les récoltes et en font du vin).
    Mais je pense que dans les grandes lignes la démarche est la même.

    Quant à la lettre, je peux te la transmettre par e-mail (en me fournissant l’adresse par mp).

    #375479
    tortue102
    Membre

    Salut kevin, je trouves ton message très bien et très complet. Comme tu l’as dit les places se font maintenant même si tu peux avoir ta chance jusqu’au dernier moment. Nous avons eu la chance avec ma copine de bosser dans une winery. Nous avons laissés nos CV mi janvier, nous avons eu un rendez vous une semaine plus tard et 15 jours après nous commencions le job. Il y avait plusieurs Australien sur le coup, mon anglais était plus que limité mais nous avions de bon CV étant donné que nous sommes du milieu en France (Beaujolais). Nous étions les seuls étrangers sur 11 casuals (tous Australien). Nous faisions 85 heures par semaine sans jours de repos pendant 7 semaines ( la boite nous a payer le permis forklift). Comme nous avons réussi à prolonger notre visa nous allons y retourner l’an prochain. Mais nous sommes conscient que si nous étions pas du milieu viti vinicole en France nous n’aurions jamais pu décrocher ce job. Donc peut-être que certaines wineries prendront des gens sans expérience, mais je pense que les chances sont minces. C’est quand même un poste à responsabilité, physique et moral et tout ça dans une langue étrangère.
    PS: Vu ton pseudo, j’imagine que tu vas travailler dans une winery de la Baroosa valley? Je n’ai jamais visité cette région mais elle est très réputée. Bonne chance à toi et tu veras, c’est une superbe expérience.

    #375480
    kevin-tanunda
    Participant

    Salut tortue et merci pour ce témoignage.

    Très belle région que celle du Beaujolais avec d’excellents vins de certains très bons producteurs, à des prix très abordables si l’on compare au grand voisin bourguignon.

    Quant à ton (votre) expérience, le jour de repos est accordé selon les aléas des vendanges. Si la pression climatique est importante et qu’il faut rentrer le raisin plus vite que prévu, on peut évidemment faire une croix sur la journée salvatrice. Comme ça a d’ailleurs été le cas dans pas mal de régions françaises cette année.
    Concernant les chances d’embauche sans expérience, c’est vrai qu’elles sont minces. Mais la taille de certaines wineries est monumentale ! Ce qui fait que le besoin en personnel saisonnier peut être énorme. Les missions de ces personnes seront davantage tournées vers de la manutention (d’où le forklift) ou du nettoyage que le pilotage d’un pressoir, c’est évident !
    Disons que « qui ne tente rien n’a rien » !

    Effectivement, je bosserai dans la Barossa et j’avoue que c’est plutôt confortable de savoir où l’on va avant même de partir.

    Je vois que vous avez obtenu une prolongation de WHV. Est-ce grâce à cette expérience (ou en partie) ?

    #375481
    tortue102
    Membre

    Salut Kevin!desole pour le retard , je viens de rentrer en France…Oui. Nous avons prolonge notre visa en partie grâce au boulot dans la winery.Nous revenons en Australie le 18 Janvier et nous reprendrons du service début Février pour les vinifs. Nous serons également dans le South australia mais pas dans la baroosa. je serai ravis de te rencontrer.Pourquoi pas après les vinifs? J’ai vu le sujet à propos des vignes sur le forum, et ça fait plaisir de voir enfin quelqu’un qui sait de quoi il parle. Il y a certaine personne qui devrait s’abstenir de mettre des commentaires.En attendant mon retour en Oz, je dois tailler mes vignes dans le froid du Beaujolais…Je te dis à bientôt, j’espère vraiment pouvoir partager mes expériences avec toi et enfin rencontrer quelqu’un du métier.

    #375482
    kevin-tanunda
    Participant

    Salut et bon retour dans la grisaille !

    Je ne suis pas très calé en viti puisqu’en dehors de stages, mes expériences se limitent au chai. Cela dit, je connais au moins la théorie !

    Nous arrivons avec ma copine le 1er janvier et je démarre le 7. On ne vinifiera évidemment pas les raisins de la Barossa dans l’immédiat mais visiblement on reçoit des moûts de toute l’Australie, d’où un départ en fanfare.

    Ok pour se rencontrer (coordonnées en mp) peut-être après le feu effectivement ! D’ailleurs, où ferez-vous vos vinifs ?

    Pour la taille, j’avais remarqué lors de ma dernière visite en Beaujolais qu’il y avait des espèces de chauferettes dans les parcelles pour y brûler les sarments : ça réchauffe toujours un peu !
    Je ne sais pas si tu fais du primeur, mais si c’est le cas j’imagine que ça doit un peu se bousculer en ce moment ?

    Bon courage pour la suite (nous c’est la période des écoulages/décuvages au chai : on s’ennuie pas non plus. À la vigne, faut déjà attendre que les feuilles tombent !).

    #375483
    tortue102
    Membre

    Merci le retour c’est bien passé. Nous retournons en Australie le 18 janvier et on rattaquera à la winery le 4 fevrier en commençant par une semaine de formation… en anglais (c’est comme ça qu’on progresse). Les vinifs commenceront réellement le 10 fevrier. Nous sommes dans la région de Mc Laren Vale à seulement 2H de la Baroosa. Nous travaillons pour les vins Hardy’s . On finira surement entre mi et fin avril et je te contacterai à ce moment la (en message privé) pour partager un verre et nos expérience! Ce sont des chaudières qui brulent les sarments dans les vignes du Beaujolais et il y à certain jours ce n’est pas du luxe…. Les primeurs ce sont bien passé mais je suis en cave coopérative donc je ne m’occupe pas de la commercialisation et ma vendange n’est pas toujours vinifié en vin nouveau. Je te souhaite bon courage pour les vinifs! A bientôt

    #375484
    kevin-tanunda
    Participant

    C’est pas mal une petite semaine de cours pour se mettre dans le bain. Pour ma part, malheureusement je n’en aurai pas le temps puisque j’atterris le 1er janvier à Sydney pour attaquer le 7 à Tanunda ! Je risque de vivre une ou deux semaines un peu compliquées…

    On démarre si tôt car on vinifie des moûts venant de tout le territoire (sauf le Queensland, hum, enfin bon…). Je bosserai chez Dorrien Estate.

    Je t’ai transmis mon adresse e-mail par mp, et va pour le verre et le retour d’expérience (puis en coloc’ avec un beef, un sud-af’ et je sais pas quoi, y aura de quoi refaire le monde !).

    Bon courage pour la taille (je t’envie vraiment pas en ce moment).

    #375485
    Przed
    Membre

    Je voulais relancer le sujet, car je suis exactement dans le même cas que Kevin. J’ai trouvé un boulot en tant que assistant winemaker dans le coonawarra et ce depuis la France!!

    En gros j’aurai voulu savoir comment c’était passé ces vendanges 2013. Pas trop dur (comparé à la France)? Au niveau de l’anglais, faut-il être vraiment calé?

    😉
    Loïc

    #375486
    kevin-tanunda
    Participant

    Salut, euh… Przed!
    Déjà sois bien rassuré, les vinifs ici sont bien plus peinardes qu’en France. Certes les journées sont aussi longues mais à un rythme bien moins soutenu. Mais ça c’est mon vécu.

    Sinon tu auras certainement tout un programme sur la sécurité, ennuyeux à souhait, mais ça permet de bosser l’anglais. D’ailleurs, j’étais loin d’être un cador en arrivant (je ne le suis toujours pas) mais ça ne m’a pas empêché de bien bosser. À tel point qu’on y retourne (avec ma copine) pour notre deuxième visa sitôt notre road trip achevé, soit en janvier.

    Bref, te prends pas trop la tête avec ça, pense d’abord aux vinifs auxquelles tu participes maintenant en France, le reste sera un jeu d’enfant!

    En revanche je suis surpris : assistant c’est pas forcément simple à décrocher depuis la France. Où vas-tu bosser exactement?

    #375487
    Przed
    Membre

    Salut désolé de répondre aussi tard, mais oui bien assistant winemaker à Balnaves of Coonawarra. En fait le Winemaker est un ancien backpacker (Europe surtout) et a bossé quelques années en France donc parle bien français. Et il prend un étranger diplômé chaque année donc c’est ma chance cette année. Et en effet c’est plus cool (même trop mais bon… ^^)

    😉

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Nos articles