11.1 C
Sydney
1 juillet 2022

L’Australie en quête de son glorieux tennis

Le 1er site francophone sur l’Australie, le pays-continent Forums Divers Divers L’Australie en quête de son glorieux tennis

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #61364
    Caroline
    Participant

    LE MONDE | 13.01.07 | 12h48

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3242,36-855093@51-

    La complainte, en Australie, est devenue rituelle à l’heure où s’ouvre la saison de tennis. Dans ce pays d’où sont issus quelques-uns des plus grands joueurs de l’histoire, le manque de résultat des représentants nationaux fait couler beaucoup d’encre et de salive.

    A l’intérieur du complexe sportif où se joue l’Open d’Australie (du lundi 15 au dimanche 28 janvier), la première épreuve du Grand Chelem du calendrier, quelques sculptures font office de piqûres de rappel. Sur le chemin menant aux tribunes du court central, les jeunes oublieux peuvent faire connaissance avec les John Newcombe, Roy Emerson, Margaret Court, Rod Laver, et autres noms prestigieux en quête de successeurs.

    Le constat de carence est d’autant plus cruel, en ce début de saison, que le chef de file du tennis « aussie », habituel cache-misère, apparaît bien mal en point. Lleyton Hewitt, tombé à la 19e place du classement mondial, dont il a occupé la tête entre 2001 et 2003, a manqué son entrée en matière et perdu son entraîneur.

    Lors du tournoi d’Adélaïde (Australie), « Rocky » – surnommé ainsi en raison de son admiration pour Rocky Balboa, personnage interprété au cinéma par l’acteur body-buildé Sylvester Stallone -, après avoir été défait par l’obscur Russe Igor Kunitsyn (85e mondial), s’est bruyamment disputé avec Roger Rasheed, qui travaillait avec lui depuis 2003.

    Ce dernier, garçon d’honneur au mariage de Lleyton Hewitt, a décidé d’interrompre la collaboration. Perfide, le quotidien de Melbourne The Age a dressé ce constat : « Darren Cahill, Jason Stoltenberg et Roger Rasheed (les trois derniers entraîneurs de Lleyton Hewitt) ont une chose en commun : ils s’en sont allés sans y avoir été poussés. »

    Lleyton Hewitt, dont la réputation de caractériel effraie nombre d’entraîneurs, s’est adjoint depuis les services de Scott Draper. Cet ancien joueur, ami du numéro un australien, fut aussi son coéquipier en Coupe Davis. Retraité des courts depuis 2005, il possède deux particularités : être devenu golfeur professionnel alors qu’il était encore tennisman, et avoir réussi à vaincre des troubles obsessionnels compulsifs lors de ses débuts. L’homme en a tiré une réputation de grande maîtrise de lui-même, et les mauvaises langues ne se font pas prier pour affirmer qu’il va en avoir besoin.

    LA RELÈVE TARDE À POINDRE

    Le néo-entraîneur est attendu au tournoi de golf du Melbourne Sanctuary Lake, et une qualification de son poulain pour les demi-finales de l’Open d’Australie pourrait le mettre dans l’embarras.

    Derrière Lleyton Hewitt, la relève tarde à poindre. Aucun autre joueur australien n’était classé parmi les 100 premiers mondiaux le 8 janvier. Chez les femmes, elles étaient deux : Samantha Stosur (27e) et Nicole Pratt (72e). Croisé, il y a un an, à Melbourne, Pat Cash, vainqueur de Wimbledon en 1987, n’était pas avare en raisons pour expliquer la déroute : mauvais enseignement, faillite de la détection, fuite des meilleurs entraîneurs… « Les choses vont changer », promettait-il cependant, évoquant l’arrivée, en 2005, du Sud-Africain Craig Tiley, jusqu’alors responsable du tennis à l’université de l’Illinois (Etats-Unis), et mandaté pour lancer un programme national destiné à remédier au manque de talents.

    Le chantier est vaste et en est toujours aux fondations. Plusieurs axes de travail ont été dégagés : l’identification des jeunes prometteurs, le développement d’actions en direction des enfants, des subventions liées aux performances…

    En attendant les premiers résultats, les Australiens peuvent se consoler avec le bon début de saison de Cris Guccione. Seulement 107e mondial, ce joueur de 21 ans et de 2,01 mètres a atteint la finale du tournoi d’Adélaïde. Au tournoi de Sydney, cette semaine, en revanche, il s’est incliné au 2e tour. Tant pis pour Lleyton Hewitt, sur qui la pression, une fois de plus, risque de peser.
    Pierre Jaxel-Truer

    #282708
    sylvestre
    Membre

    ah, Libé a fait aussi le meme article :
    http://www.liberation.fr/actualite/sports/228350.FR.php

    #282709
    Caroline
    Participant

    Saut Sylvestre!
    C’est cool, on est gâtés par nos journaux en ce moment!
    A bientôt,
    Caro

    #282710
    sylvestre
    Membre

    Yep, dans le courrier internationnal aussi cette semaine :
    http://sylvestre.ledru.info/blog/
    et
    http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=70029

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Nos articles