15 C
Sydney
27 mai 2022

1 an en australie vu par les recruteurs

36 sujets de 1 à 36 (sur un total de 36)
  • Auteur
    Messages
  • #39547
    louis10
    Membre

    salut
    je pense partir en sept 2009 pour 6 mois rejoindr des potes.
    je vois que tout le monde a kiffé son expérience là bas. ça donne envie.
    mais vu les temps de crise que nous traversons je me demande comment est vue cette xpérience par nos chers recruteurs français (cabinet ou entreprise)
    y a t il des responsables de ressources humaines qui peuvent témoigner? et vous les expat, comment avez vous revendu cette expérience? vous a t on reprocher 1 an de glande?? lol
    regrettez vous ? avez vous le sentiment d’avoir perdu 1 an? qu’on vous prend pas au sérieu?

    aller à+

    #200400
    Moroch
    Membre

    Oh la belle question bien française 😉

    Ne te vexe pas mais tu verras qu’après 6 mois (ou un an) en Australie, comme il te paraitra loin et un peu idiot le temps où tu te souciais de ce que peuvent penser les « recruteurs français ». Enfin bon…

    Pour répondre à ta question, tout dépendra de comment tu vas présenter le « trou » de 6 ou 12 mois sur ton CV. Tu peux dire :

    – « J »ai bronzé en Australie, j’ai fait du surf, j’ai voyagé à travers tout le pays pour voir et découvrir des choses magnifique dans des deserts ou des forêts tropicales. »

    ou bien tu peux dire :

    – « J’ai fait un tour d’Australie afin de m’ouvrir au monde et de me rendre compte des différentes façon de travailler à l’étranger. J’ai considérablement amélioré mon anglais et je me suis ouvert à une autre culture, ce qui représente aujourd’hui un atout majeur dans mes compétences professionnelles. »

    Voilà, tout est dans la façon de présenter les choses. Bien sûr, je ne te cache pas que certains patrons français bien sectaire et qui n’ont jamais bougé leur cul de leur vie, s’en foutront complètement et considèreront que tu as « glandé », mais bon, passer à cote de cette expérience juste parceq ue tu as peur de ce que vont penser de toi les recruteurs, ce serait idiot 😉

    #200401
    Steuve
    Membre

    Pour te vendre, tu peux dire que t’as approndit tes connaissances en anglais avec ce sejour dans un pays anglophone.

    Apres tout depend de ton secteur d’activites.

    #200402
    Toothbrush Nomads
    Participant
    Moroch wrote:
    passer à cote de cette expérience juste parceq ue tu as peur de ce que vont penser de toi les recruteurs, ce serait idiot 😉

    J’avoue que ça me choque toujours comment tant de jeunes paraissent prêts à laisser les recruteurs décider de leur vie à leur place.

    #200403
    foux44
    Membre

    Franchement je ne pense pas non plus que cela fasse tache sur un CV (autant bien pour un qqn qui a un CAP qu’un BAC+5). Comme ils l’ont precedement dit il te faut jouer des atouts qu’un tel voyage t’a donné et bien entendu eviter de dire que tu as vécu une orgie d’alcool tous les soir de ton trip.

    Apres de mon experience perso, je suis rentré en FRance il y a 2 mois maintenants, bine entenu je rcherche un emploi, je suis ingénieur et le fait d’etre parti en Australie m’a donner envie de partir bosser encore une fois a l’etrangé grace au fameu V.I.E (https://www.civiweb.com/) et franchement les recruteurs ne sont pas spécialement freiner de voir sur mon CV un trou de 1 an, je leur explique un peu la raison d’un tel voyage et a côté d’un gars qui a passé 1 an a chomer a cherhcher du travail en france, je suis avantagé sur lui car je me suis bougé le cul, pris des initiatives, gérer des problèmes nouveaux bref en fait tout est à ton honneur. Donc dans mon cas, j’ai déjà été contacter par plusieurs entreprises en Asie, Afrique et Europe de l’Est qui n’ont pas vu ce « trou » comme une enclave !

    « Donc si je peux te donner un conseil, oublie que t’as aucune chance, on sait jamais sur un malentendu ca peux marcher » 😀

    #200404
    yogi
    Membre

    Salut

    Effectivement cette question je me la suis posée aussi. De toute façon il n’ya pas forcément un trou sur le CV puisque tu es censé travailler un peu en Australie. L’avantage d’un voyage en Australie c’est que tu peux pipoter à mort sur ton CV et puis la crise c’est le pretexte idéal tu peux dire que tu ne trouvais rien.
    Après en règle général les recruteur en France n’aiment pas ou ne reconnaissent pas l’expérience l’étranger à sa juste valeur pour une bonne et simple raison un mec qui part à l’étranger va comparer ses conditions de travail (salaire, possibilité d’évolution, responsabilités) en France avec celle qu’il avait à l’étranger et la plupart du temps c’est toujours à la défaveur de l’employeur français.

    #200405
    chupi
    Participant

    Ca dépend forcément de ta branche, de ton niveau d’études, ton niveau d’anglais avt/ap, ton expérience pro, ce que tu as fait là bas… ca peut être un plus énorme ou plutot un handicap (mais pas insurmontable). En général, je pense quand même que c’est plutot bien vu.

    Pour ma part, j’ai seulement cherché un stage à mon retour. Je n’ai eu que 2 entretiens mais dans les 2 cas, le recruteur était enthousiaste quand j’ai parlé de mon voyage. Je suis d’ailleurs persuadée que c’est ça qui a décidé mon employeur actuel.

    Dans tous les cas, comme Moroch et Toothbrush, je trouve dommage de te priver d’une telle expérience pour ne pas déplaire aux recruteurs. Je sais bien à quel point cette question est angoissante en France, et avec la crise ça ne s’arrange pas, mais c’est assez triste de penser à son CV avant de penser à sa vie.

    #200406
    danette
    Participant

    Mon copain est moi on est parti en Australie pendant près de un an (comme tout le monde) après avoir finis notre école d’ingénieur.

    Pour les entretiens cela passe très bien car les recruteurs sont curieux et te posent pas ma de questions sur ce que tu as vu ce que tu as fais, et aussi si tu as lu « cul de sac » de Douglas Kennedy avant de partir 🙂

    Mon ami a trouvé du boulot au bout du deuxième entretien en rentrant, moi je cherche encore car je suis plus difficile, et que Bordeaux c’est pas là ou il y a le plus de taf dans notre filière, mais on aime le surf ou pas.

    Mais c’est loin d’être à cause de ce voyage qui est en général très bien perçu, tu travailles ton anglais, tu t’ouvres aux autres tu acquis plus de confiance et toi, de maturité et d’expérience dans des métiers que tu n’aurais pas forcément fait en France. Bref le mode débrouille change pas mal de perspectives, il suffit de bien le mettre en avant.
    Et puis pour finir comme le disait Émile Zola « Rien ne développe l’intelligence comme les voyages »

    #200407
    Par Toutatis
    Membre

    Je serais vraiment étonné qu’un recruteur voit cette année en Australie comme un problème, voir « un trou » dans un CV…
    Votre voyage en Australie, à l’autre bout du monde, prouve bien que vous êtes autonomes, que vous n’avez pas peur des défis, que l’inconnu vous attire, que vous êtes curieux,…

    Oui, un recruteur engage quelqu’un pour ses compétences, c’est vrai, mais la personnalité du candidat est ultra importante aussi.

    #200408
    geeraldine
    Membre

    Je suis recruteur et tout comme Moroch, tout dépend de la manière dont tu présenteras ton expérience.
    Il est toujours possible de tourner ça de manière positive, même si on a passé 1 an à se dorer sur la plage sans vraiment bouger un orteil !
    Je ne conseille en revanche pas de pipoter son CV, quelques questions suffisent en général à démonter un mensonge et ensuite c’est foutu niveau crédibilité (et les recruteurs ont l’habitude des gens qui pipotent…) Il y a une différence entre enjoliver son CV et présenter ses expériences de manière positive, on va dire 😀

    En revanche, songe à bien bosser ton anglais sur place, parce que ça passera moyen de voir que tu te débrouilles mal en revenant, et la conclusion naturelle sera que tu as passé ton année à ne traîner qu’avec des backpackers sans chercher à t’intégrer, même si c’est dû à d’autres raisons.

    #200409
    geeraldine
    Membre

    Ah, et je précise que je m’apprête à faire la même chose que toi, et que ça ne me fait pas plus peur que ça de prendre un break d’un an, donc, tu vois 🙂

    #200411
    edgohan
    Membre

    hello
    Je vais avoir 30 ans en septembre….et je pense tout plaquer pour partir un an en australie via le whv…….( jsuis ingenieur avec 5ans d’exp en france….)
    je pense également prendre un risque…car à mon retour je ne sais pas ce comment ca va se passer..mais bon …..jpense que ca vaut le coup…
    faut se jetter aavant d’avoir 50 ans et 3 gosses et un credit….

    #200412
    clo-Lyon
    Participant

    oui c’est vrai que j’avoue m’être posé la même question. nous sommes tellement formaté par la culture de l »anti-échec » en France. Le moindre trou de 3 mois dans le CV et le recruteur vous demande ce que vous avez glandé ! ridicule :sleepy:

    pourtant il est vrai que si cela est bien présenté, j’imagine que c’est plutôt un avantage car après tout un voyage comme ça ne peut que nous rendre plus mature, plus ouvert d’esprit, plus autonome et aussi meilleur en anglais pour certains :mrgreen:

    moi je pense également expliqué que c’était le moment judicieux après la fin de mes études et l’arrivée de la crise pour partir à l’autre bout du monde, s’ouvrir à autre chose pour en revenir meilleur au lieu de galérer pendant 6 mois à chercher un taff en France.

    bon le seul truc c’est que je ne sais pas ce que je vais mettre dans la section  » expérience pro » si je ne fais que des boulots de serveuses :lookround:

    #200410
    Toothbrush Nomads
    Participant

    Grand Agent de Restauration Polyvalent, mention Equilibriste.

    :mrgreen:

    #200413
    TNZ
    Membre

    Mise correctement en valeur, les expériences à l’étranger sont toujours très bien acceptées. Pour certains boulots, ce sont même clairement elles qui feront la différence avec les profils plus « classiques ».

    #200414
    Arrache-rotule
    Participant

    Ce n’est pas la première fois sur ce forum qu’apparait ce genre de post, mais je suis toujours extremement surpris. Que l’on conduise sa propre vie de manière à rendre un CV plus présentable, je trouve ça très triste. Le mien de CV, il s’adapte à mes rêves. Et si un jour un recruteur ne me prends pas en raison de mon parcours qui ne le satisfait pas, et bien c’est que de toute façon notre collaboration n’aurait jamais fonctionné… donc pas de regret et je vais voir ailleurs… :onfire:

    #200415
    plisken11
    Participant
    louis10 wrote:
    vous a t on reprocher 1 an de glande??

    pour moi cette année c’était tout sauf une année de glande… j’étais beaucoup plus pénard et tranquille dans mes boulots en France que pendant mon année a barouder en Oz…

    louis10 wrote:
    regrettez vous ? avez vous le sentiment d’avoir perdu 1 an?

    non, non et re-non !

    Fredttt wrote:
    Que l’on conduise sa propre vie de manière à rendre un CV plus présentable, je trouve ça très triste. Le mien de CV, il s’adapte à mes rêves. Et si un jour un recruteur ne me prends pas en raison de mon parcours qui ne le satisfait pas, et bien c’est que de toute façon notre collaboration n’aurait jamais fonctionné…

    +1
    d’ailleurs je dirai que de manière générale, une des grande différence entre la mentalité Australienne et Française, c’est que les Australiens ont une bien meilleure gestion de l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle. En Australie, les individus ne sont pas prêts à renoncer à leur vie privée pour le travail!

    #200416
    sylvestre
    Membre

    Clairement…
    bien souvent, la discussion s’oriente sur le(s) voyage(s) et comme on arrive sur un terrain que l’on connaît parfaitement et que le recruteur ne connaît pas du tout, ça passe tout seul …

    #200417
    Anelor34
    Participant

    Et bien ça y est, c’est acté: comme vous, le 10 septembre je serai à mon tour dans l’avion et partirai 1 an en Australie (ou plus si affinités).
    Personnellement, après deux ans en poste en marketing / com, des choix se sont imposés naturellement à moi:
    – ou tu restes à te morphondre à Paris, en France d’une manière générale, à faire toujours plus d’heures avec très peu de reconnaissance il est vrai;
    – ou tu dis que tu es jeune, qu’une expérience à l’étranger ne peut que t’apporter du positif et peut te donner surtout ce « petit quelque chose » qui fera ta différence et ton originalité auprès des recruteurs et auprès de tout le monde!
    En bref, tu pars pour le rêve, l’aventure, et surtout « kiffer » avec un grand K et en plus tout ça va t’être utile! C’est que du bonheur!
    Plus rien ne peut te faire douter… En tout cas, moi j’ai décidé de foncer!

    #200418
    TNZ
    Membre
    sylvestre wrote:
    bien souvent, la discussion s’oriente sur le(s) voyage(s) et comme on arrive sur un terrain que l’on connaît parfaitement et que le recruteur ne connaît pas du tout, ça passe tout seul …

    ==> Ou alors terrain que le recruteur connaît bien et sur lequel on discute 15 ou 30 minutes 😛

    #200419
    fredmarie
    Membre

    On est rentrés le 10 JUillet, on a du taf tous les 2 en cdi, on a trouvé une maison à louer… bref c’est reparti!!! Ca depend comment tu le presentes, pour nous ca n’a été qu’un avantage, les recruteurs te posent pleins de questions, et au fond d’eux, dans leur vie de trou ducul jamais sorti de france marié depuis 30 ans avec une femme qu’il peuvent plus voir ba tu leur permet de s’evader…

    #200420
    Toothbrush Nomads
    Participant

    :cartonne

    #200421
    etmichel
    Membre

    mais il doit y avoir aussi beaucoup de DRH old school qui je suis sur n’apprecient pas les parcours atypiques/a trous

    #200422
    Toothbrush Nomads
    Participant

    Ca change pas le fait que tu vas pas choisir comment mener ta vie sur la base de ce que pourraient penser certains recruteurs 😉

    #200423
    etmichel
    Membre
    Toothbrush Nomads wrote:
    Ca change pas le fait que tu vas pas choisir comment mener ta vie sur la base de ce que pourraient penser certains recruteurs 😉

    j’ai jamais dit ca. le sujet du topic c’est 1 an en australie vu par les recruteurs, pas « faut il partir ». et je reviens d’un voyage de 14 mois alors… c’etait pour repondre au message comme quoi les rectuteurs allaient s’évader/s’extasier avec nos récits.

    #200424
    aelyn
    Participant
    fredmarie wrote:
    On est rentrés le 10 JUillet, on a du taf tous les 2 en cdi, on a trouvé une maison à louer… bref c’est reparti!!! Ca depend comment tu le presentes, pour nous ca n’a été qu’un avantage, les recruteurs te posent pleins de questions, et au fond d’eux, dans leur vie de trou ducul jamais sorti de france marié depuis 30 ans avec une femme qu’il peuvent plus voir ba tu leur permet de s’evader…

    :thumbsup: 😆 j’adore 😆

    Rentrée depuis 1mois et demi j’ai même réussi a retrouver mon taf d’avant et au passage une augmentation, elle est pas belle la vie 😉

    #200425
    boubagump
    Participant

    Ce topic n’a pas de sens.
    Beaucoup ici disent « les recruteurs ceci les recruteurs cela »… C’est un peu comme dire « les riches », « les pauvres », « les allemands », « les arabes », ça n’apporte rien, car vous mettez une étiquette sur des gens, qui n’enrichit pas la discussion.
    Les recruteurs sont des gens comme vous et moi, chaque recruteur est différent, chaque entretien est pour un métier spécifique, chacun d’entre vous EST spécifique…

    Bref, la question rhétorique cachée derrière le titre de ce thread est « est-il possible de tourner une expérience de manière positive en entretien? »

    et la réponse est bien évidemment OUI!

    Et bien que l’auteur du topic ai clairement indiqué qu’il ne l’avait pas sous entendu, je rejoins les autres pour dire qu’un CV, c’est ce que vous avez fait, pas ce que vous pensez qu’un recruteur veuille que vous ayiez fait. (ouf)

    #200426
    aelyn
    Participant
    boubagump wrote:
    chaque entretien est pour un métier spécifique, chacun d’entre vous EST spécifique…
    Bref, la question rhétorique cachée derrière le titre de ce thread est « est-il possible de tourner une expérience de manière positive en entretien? »
    et la réponse est bien évidemment OUI!

    Tout a fait d’accord c’est a chacun de savoir se mettre en valeur et expliquer ces mois en Australie comme un plus

    Par contre

    boubagump wrote:
    Les recruteurs sont des gens comme vous et moi,
    je rejoins les autres pour dire qu’un CV, c’est ce que vous avez fait, pas ce que vous pensez qu’un recruteur veuille que vous ayiez fait. (ouf)

    90% des recruteurs ne sont pas des gens comme moi et bien sur que si qu’il faut avoir un CV correspondant au mieux a ce que le recruteur veut que vous ayez fait sans pour faire un faux. Un entretien c’est pas un truc « vrai » mais une grosse illusion en général je parle surtout du premier entretien avec la les DRH. Bien sur ça depend du job.

    Après ce topic permet surtout de rassurer et de montrer qu’après un an en Oz il n’est pas plus dur ni plus facile de trouver un job. Peut etre que ce voyage aura changé votre vision du job vous voulez faire mais ça c ‘est autre chose 🙂

    #200427
    Arrache-rotule
    Participant
    boubagump wrote:
    Beaucoup ici disent « les recruteurs ceci les recruteurs cela »… C’est un peu comme dire « les riches », « les pauvres », « les allemands », « les arabes », ça n’apporte rien, car vous mettez une étiquette sur des gens, qui n’enrichit pas la discussion.

    C’est comme ça dans à peu près 90% des messages du forum. Les australiens sont comme ci, les français sont comme ça… Les filles font ci, les mecs font ça.

    #200428
    mojita
    Membre

    c’est drôle car pour moi, je me suis dit qu’un an à l’étranger, c’est forcément un plus tant pour le CV. Partir à l’étranger c’est montrer qu’on est ouvert d’esprit, qu’on a des facultés d’adaptation, qu’on a pas peur de prendre certains risques… Et même si on bosse, le voyage ouvre l’esprit, développe des qualités personnelles qui peuvent servir dans le monde du travail.

    Je pense vraiment qu’un long séjour à l’étranger apporte une autre dimension à la personne, tant dans sa vie professionnelle que sa vie personnelle. Après, comme tout le monde, faut mettre tout ça en valeur!

    #200429
    boubagump
    Participant

    @aelyn: ce que tu dis est vrai, mais pour mieux te faire comprendre ce que je voulais dire: crois-tu vraiment savoir ce que le recruteur veut? Il est plus probable que tu écrives ce que tu penses qu’il veut 🙂

    @fredttt: ouais, c’est assez inquiétant. Moi je viens de passer 3 mois sur la sunshine coast, j’ai rencontré des gens différents, et même si je peux dessiner quelque tendances, je suis parfaitement conscient que j’ai visité 1% de l’australie… Dessiner des grandes tendances culturelles est pertinent, dès qu’on essaie de rentrer dans le précis c’est que de la fumisterie


    @mojita
    : je suis vraiment différent après mon voyage en australie, à mon sens il faut couper la poire en 2 entre idéalisme et réalisme: voyager oui, mais travailler pendant est encore mieux, c’est enrichissant et ça apprend plein de choses.
    Faire sa vie en fonction du cv c’est pourri, mais il faut pas non plus voyager en mode club Med, c’est tjrs dur à valoriser et de toute façon à mon sens ça apporte moins.
    Et quand je dis travailler c’est tout, le fruit picking c’est peut être pas le top mais ça t’apprends ce que c’est que bosser à la sueur de ton front

    #200430
    Toothbrush Nomads
    Participant

    De toute façon, il faut bien bosser pour financer les voyages, donc la question ne se pose pas 😆 Mais, je suis d’accord. C’est une expérience enrichissante 🙂

    #200431
    Lolanddens
    Membre

    Tu devrais lire ce livre, « Slow Journey South », de Paula Constant, sur un couple d’Australiens qui veulent faire l’Afrique à pied. Ils traversent la France et rencontrent plusieurs jeunes européens, qui leur parlent de leurs études. Ce qui ressort de ces conversations est très intéressante, et c’est pil la question que tu te poses.

    Perso quand je suis rentrée en France, mon ancien employeur, au bout de 2h d’entretien, ne m’avait toujours pas demandé pourquoi il y avait un trou. C’est moi qui ai du lui dire ce que j’avais fait, limite j’étais vexée qu’il ne s’y intéresse pas lol!
    Et dans mon domaine, l’hôtellerie, ça a été un véritable atout d’avoir fait ce voyage, je donnais l’adresse de notre blog à des clients qui étaient en demande d’évasion et ne pouvaient partir à cause des enfants. Ils montraient les vidéos d’animaux à leurs gosses, et m’envoyaient plein de petits mots sympas, comme quoi ce que j’avais fait été super etc…
    Et ce qui ressortait de toutes les conversations que j’ai eu en France, c’était la même phrase : « Si seulement je pouvais moi aussi prendre mes baskets, mon sac à dos, et partir comme vous l’avez fait, j’en rêve, mais avec les enfants, le crédit de la maison… »

    Donc franchement, VAS-Y!!!! Tu es jeune, en bonne santé, t’as pas de crédit, rien qui ne t’empêche de partir, tu ES LIBRE!!
    Et pour ton retour (si bien sur après ça tu veux rentrer), ne te fais pas de soucis, que tu sois parti ou pas, tu auras toujours des employeurs qui te diront non, et d’autres oui.

    Alors bon voyage

    #200432
    Toothbrush Nomads
    Participant
    Lolanddens wrote:
    Tu devrais lire ce livre, « Slow Journey South », de Paula Constant, sur un couple d’Australiens qui veulent faire l’Afrique à pied. Ils traversent la France et rencontrent plusieurs jeunes européens, qui leur parlent de leurs études. Ce qui ressort de ces conversations est très intéressante, et c’est pil la question que tu te poses

    Rien à voir sur les questions d’études et de CV, mais je viens juste de terminer « Africa Trek », le livre d’un couple de français qui a passé 3 ans à faire l’Afrique à pied, depuis le Cap jusqu’en Israël… superbe voyage ! 🙂

    #200433
    Carolle
    Participant

    Oui il est assez hallucinant ce bouquin, quel privilège d’avoir pu vivre et voir ce qu’ils ont vécu et donc vu de leur propres yeux…
    J’ai seulement terminé le premier bouquin, je vais pas tarder à commencer le deuxième, j’ai une putain d’envie d’être ailleurs 🙂

    Sinon, je répondrais comme la plupart des personnes, ça serait bien bête de vivre en fonction du CV à trous ou sans trous 😀 ou de recruteurs, du qu’en dira t’on dire de « mon année à l’étranger » – comme si le voyage était une erreur.. pfff 🙄
    Seules des personnes étroits d’esprit voir blasés pensent ainsi.. car en toute objectivité, y’a pas de mal…
    Il faut vivre pour soi même… même pas pour se démarquer des autres sur un CV mais juste pour écouter ce que nous dicte le cœur…

    #200434
    Toothbrush Nomads
    Participant
    Carolle wrote:
    Oui il est assez hallucinant ce bouquin, quel privilège d’avoir pu vivre et voir ce qu’ils ont vécu et donc vu de leur propres yeux…
    J’ai seulement terminé le premier bouquin, je vais pas tarder à commencer le deuxième, j’ai une putain d’envie d’être ailleurs 🙂

    Haha, moi c’est l’inverse, j’ai lu le 2nd, mais pas le 1er ! Il faudra que je le trouve un jour en tout cas…

    J’ai aussi lu « On a roulé sur la terre », toujours d’Alexandre Poussin, mais cette fois avec Sylvain Tesson. Tour du monde à vélo. Pas mal aussi ! Mais, moins profond.

36 sujets de 1 à 36 (sur un total de 36)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Nos articles