S’EXPATRIER A SYDNEY EN FAMILLE : MON AVENTURE

1
1910
s'expatrier à Sydney

Cinq mois, c’est le temps que nous avons passé séparés, mon mari d’un côté, arrivé à Sydney seul, avec l’essentiel dans sa valise et deux objectifs : assurer au boulot et nous trouver une maison. De l’autre, les enfants et moi, restés en France le temps nécessaire à préparer notre nouvelle vie. Au programme de ces longs mois d’avant l’Australie, démarches administratives et carnets de rendez-vous pleins à craquer !

Déménager à l’autre bout du monde, une autre aventure

Il a bien fallu passer par la case banque, impôt, assurance, sécu et j’en passe. Puis vendre l’appartement, prévenir tout le monde et surtout préparer le déménagement. C’est bien sûr le plus gros morceau, surtout avec les enfants…

Emballer, trier, jeter, vendre ou donner et penser à tout ce dont on aura besoin à l’arrivée, au cas où le container ne serait pas là à la date prévue, ce qui est bien évidemment arrivé !

Et c’est loin d’être simple, de garder les jouets, les livres qui combleront vos petits cinq mois plus tard, de prévoir les vêtements de la bonne taille, pour un hiver à Sydney
alors que le printemps est chaud en France ! Un vrai casse-tête et je ne vous parle même pas des chaussures, l’enfer !

Et, au moment de faire les valises du grand départ, de s’apercevoir que tout ne rentrera pas, d’autant qu’il n’est pas question de laisser la superbe pyramide Playmobile ! Le coup des anniversaires, juste avant le départ, je n’avais pas anticipé.

Car oui, quand on décide de déménager à l’autre bout du monde avec deux enfants, il y a ce qu’on pense à faire, ce qu’on nous a dit de faire et tout le reste qui vous tombe dessus !

Partenaire du site

Prévoir un maximum pour les enfants à l’arrivée, c’est le conseil le plus précieux que j’ai reçu ! J’ai ainsi ajouté leurs affaires à la malle envoyée à mon mari un mois après son arrivée et quelle joie pour eux de retrouver des objets familiers, surtout quand les cartons se font attendre 28 jours !

Et puis il y avait la question de la rentrée scolaire… Pour une fillette en CM1, pas question de se dire « On trouvera bien sur place » sauf que le rayon rentrée ne démarre tout de même pas en mars et qu’un léger incident de dernière minute a chamboulé mes plans…

L’une de mes trois valises, toutes blindées à 30kg, a explosé à 2h du départ… Panique à bord, puisque la valise de remplacement était bien sûr plus petite et qu’il a fallu choisir ! Pas question de laisser les livres ou les vêtements, ce sont donc mes affaires et les fournitures solaires qui ont été laissées en France. Sauf qu’à Sydney, impossible de trouver des bics verts. Heureusement, il y a la poste, mais ça fait quand même grimper le prix de la correction de la dictée !

s'expatrier à Sydney

Tout ça pour l’école française car les petits australiens n’écrivent qu’au crayon à papier !

Il y a aussi les rendez-vous médicaux, incontournables pour mes chers petits, bilan complet et rendez-vous à gogos : généraliste, ophtalmo, dentiste, podologue, la totale !

La découverte des frais médicaux sans la sécurité sociale

Avec tout ça je pensais être tranquille en arrivant, raté ! Le certificat de vaccination n’est pas valide pour l’école, à peine arrivés il faut trouver un médecin, de préférence parlant français car il doit quand même comprendre ce qui est écrit dans le carnet de santé des enfants. Il n’y en a qu’UN à Sydney mais il lui a fallu quand même trois consultations et deux injections pour me donner le fameux papier !

Et là, on découvre le système de santé australien, nous sommes « Overseas Visitors », donc nous ne bénéficions pas de Medicare, l’équivalent si l’on peut dire de la sécu. Du coup c’est plein pot, 115$ la première consultation, 85 les suivantes ! Avec deux enfants vous avez bien calculé, 230$ puis 170$ à chaque fois !

Par contre pour les vaccins pas besoin de passer par la case prescription – pharmacie, le médecin a tout sur place et c’est gratuit, enfin il n’y a pas de supplément ! Bien sûr, nous avons une assurance privée qui nous rembourse, 50$ par consultation, bon on va faire comme les Australiens, éviter d’être malade !

24 heures d’avion et deux escales plus tard …

Enfin, il y a LE voyage… Imaginez vous 24h dans un avion, seule avec deux enfants. J’en ai passé des nuits à cauchemarder sur ce voyage, surtout après ces mois de séparation.

Finalement ils m’ont épatée dans l’avion, entre la télé et les hôtesses aux petits soins, ils ont été adorables. Ils ont quand même décidé de se relayer pour dormir et bien sûr celui qui était réveillé avait grand besoin de Maman ! Résultat, j’ai dû fermer un œil sur deux quelques heures, crevant !

Mais le pire c’est le transit, ne rien oublier dans l’avion, passer la sécurité, vider ses poches voire enlever ses chaussures, montrer les passeports, tout ça est très périlleux quand vous avez trois bagages à main, trop lourds, et deux bambins qui ne rêvent que de courir, à surveiller ! Un conseil au passage, limiter le bagage par enfant à deux livres, une DS, un change, et pour vous aspirine et trousse de secours, ça suffit et c’est léger !

Le vrai cauchemar, c’est ce qui m’est arrivé à Dubaï…Je me rends vite compte que mon vol est affiché « Bangkok » et non « Sydney »… Je me dis qu’il y a peu de chance que comme en TGV, l’arrêt en Thaïlande ne dure que quelques minutes ! Bien sûr, après la 1ère escale et quelques heures de vol, descente sur Bangkok et 2ème transit NON PRÉVU, l’horreur !

En plus, tous les bagages à main ont été entièrement vidés, les enfants tombaient de sommeil. J’étais à bout de nerf et c’est ma fille qui m’a rassurée, qui m’a aidée à refaire les bagages, qui a porté deux valises parce que son frère était endormi dans mes bras au moment de remonter dans l’avion. Parfois les enfants sont formidables !

L’arrivée sur Sydney, douane, deux enfants, 90 kgs de bagages … et un mari !

s'expatrier à Sydney

Cette belle vue de l’arrivée tant attendue, je n’en ai pas profité…Trop stressée par la dernière étape, le contrôle à Sydney. J’ai consciencieusement jeté toute nourriture ou boisson, même les tic-tac ! Finalement tout est allé très vite, un douanier est venu me trouver aux bagages : non je n’ai rien à déclarer, tout est bien coché sur ma fiche, il me dit de ne pas m’engager sur les tapis de contrôle mais de prendre la petite sortie au fond à droite, OK, un couloir étroit, je galère un peu pour tourner mon chariot de 90Kg sans perdre mes enfants ou mon sac à main, un autre couloir, une pente, des gens, MON MARI !

Une fois arrivés, les galères ne sont pas totalement terminées… D’abord tout est 30% plus cher ici, alors on va patienter et passer en mode Aussie, récupération et site discount nous aident à nous installer à prix plus abordables !

Une maison australienne

Je découvre les particularités d’une maison australienne :

Absence de double vitrage, sympa quand on donne sur une rue passante !

Absence de chauffage sauf qu’il fait à peine 15° dans la maison !

Prises électriques qui vont par paire, quand il y en a, et qui sont en hauteur… J’ai reçu là encore un bon conseil : emmener le maximum de multiprises et rallonges françaises, ce qui évite de multiplier les adaptateurs !

Stores vénitiens affreux qui assombrissent les pièces.

Les cockroaches qui courent partout et me décident à traiter la maison !

s'expatrier à Sydney

Mais je me suis surtout rendu compte que notre expatriation était bien préparée.

L’essentiel : tout régler en France car le contact est plus que difficile après, faire une procuration à la banque et anticiper l’ouverture en Oz, avoir listé tous les organismes importants avec les coordonnées françaises et australiennes. Alors on peut vite se concentrer sur le plus agréable : découvertes et loisirs.

Tout est adapté pour les familles : barbecue en libre accès dans les parcs, les plages, événements gratuits, activités spéciales pour les enfants et tarif famille, je me suis bien amusée à balader ma petite famille au quatre coins de Sydney !

s'expatrier à Sydney

Enfin, j’ai pu inscrire mes enfants dans leurs activités préférées juste en passant devant ! Tennis, équitation, Nippers, natation, ils ont été pris en cours d’année, sans aucun souci.

Quelle différence avec la France, et il y en a tant d’autres… jusqu’ici : « avantage Australie ! »

Partenaire Australia-australie.com

1 COMMENTAIRE