ADELAIDE

3
2312
Adelaide - Australie

Capitale de l’état du South Australia, l’Australie Méridionale, et cité d’un peu plus d’un million d’habitants, Adelaide reste encore souvent la cible des quolibets des australiens pour son caractère paisible et ses airs de campagne. Méconnue des visiteurs étrangers, qui lui préfèrent le glamour cosmopolite et moderne de Sydney ou de Melbourne, Adelaide est pourtant une cité où il fait bon vivre, au quotidien.

La ville aux églises, fondée par des hommes libres.

Originellement habitée par les aborigènes Kaurna, la région d’Adelaide est déclarée province britannique en 1836 : aujourd’hui encore, le 28 décembre, sobrement appelé « Proclamation Day », est un jour férié dans l’état du South Australia. Contrairement à la majorité des capitales d’état, Adelaide n’a pas été fondée sur le dur labeur des bagnards : sur les rives du golfe Saint Vincent s’est installée une colonie d’hommes libres revendiquant leurs droits civiques et fuyant les persécutions religieuses. C’est peut-être pour cette raison que de nombreuses cathédrales catholiques, anglicanes, luthériennes ou encore baptistes ont été édifiées à travers la capitale, lui conférant son surnom de « City of Churches », la ville aux églises.

St. Peter's Cathedral -Adelaide - Australie
St. Peter’s Cathedral -Adelaide – Australie

Le colonel William Light, première personne à avoir effectué l’étude topographique de la région en 1823, a été le principal architecte de son développement urbain : ville soigneusement planifiée, Adelaide bénéficie dès sa construction de grands boulevards à angles droits espacés de squares à intervalles réguliers, le tout ceinturé d’un vaste réseau de jardins publics.

La ville, baptisée Adelaide en l’honneur de l’épouse du roi William IV d’Angleterre, entame lentement son chemin vers la prospérité avec l’établissement d’élevages de moutons et de champs de blé. Après des débuts difficiles durant lesquels d’importantes dettes sont contractées, la cité parvient à prendre pied et exporte laine, viande, fruits et céréales. Son indépendance économique est fortifiée par la découverte de mines de cuivre qui attirent un grand nombre de travailleurs et génèrent de bons revenus.

Adélaïde, ville verte, harmonieuse et gourmande

À son harmonieuse organisation urbaine, Adelaide ajoute un cadre naturel de toute beauté : les rivages de ses banlieues ouest sont composés de longues plages où viennent s’écraser les vagues du golfe de St Vincent, tandis que sur la terre ferme une vaste étendue de collines verdoyantes, les Adelaide Hills, entoure la ville.

Adelaide - Australie

Le large fleuve Torrens s’étend de l’un à l’autre et son cours serpentin, ombragé par les grands arbres des « parklands », traverse le centre-ville. Dans cette cité déjà riche en parcs municipaux, les oiseaux sont ravis : cacatoès perchés sur un lampadaire, flopée de perroquets multicolores venant se nourrir du nectar des fleurs à grands cris et cygnes noirs glissant gracieusement sur l’onde de la rivière font partie du quotidien pour les habitants.

Partenaire du site

Adelaide - Australie

Eux aussi tirent pleinement parti de leur « ville verte » : les pelouses invitent au pique-nique et à la détente, tandis que promenades piétonnes et pistes cyclables permettent de se dégourdir les jambes en toute tranquillité.

Adelaide - Australie

Si les autres capitales australiennes ont misé sur le verre et l’acier des gratte-ciels, Adelaide a quant à elle choisi de conserver une architecture plus traditionnelle : même en plein centre, les bâtiments de pierre ne dépassent pas quelques étages. Le résultat ? Une ville à taille humaine à l’atmosphère calme et abordable.

Le centre-ville est scindé en deux par sa voie de circulation principale, King William Road, qui débouche sur la grande place de Victoria Square. À pied et en touriste, l’activité se centre plutôt sur Rundle Mall, principale artère piétonne et commerçante, puis autour de Gouger Street, la rue de tous les délices.

Eh oui, la renommée gourmande des habitants d’Adelaide n’est plus à faire ! Sur Gouger Street, le Central Market est une incontournable institution : un marché couvert où se vendent bien évidemment fruits et légumes frais, mais également des sélections de fromages français, de la charcuterie allemande, de multiples épices asiatiques, des bibliothèques entières de cafés et de thés en provenance des quatre coins du monde, du gibier de toutes sortes (c’est l’occasion de goûter de juteux filets d’émeu ou de kangourou !), ou tout simplement de riches muffins au chocolat surmontés d’une onctueuse ganache… et comme si cela ne suffisait pas, bistros et restaurants occupent le reste de la rue : ici, quelques enjambées suffisent pour s’essayer tour à tour à la cuisine coréenne, argentine, japonaise, italienne ou indienne.

Adelaide - Australie

Entre les bières les plus savoureuses et les vins les plus fins

Pour arroser copieusement un tel florilège de saveurs, les australiens méridionaux ont bien compris qu’il leur fallait consommer des breuvages à la hauteur : l’état a la réputation de produire les meilleures bières et les plus bons vins du pays. C’est en banlieue d’Adelaide que se trouve la brasserie Coopers, label fondé à la fin du 19ème siècle et accolé à une série de bières, blondes et brunes, renommées pour leur saveur. Un goût marqué qui provient entre autre des sédiments de fermentation qui troublent le liquide même une fois mis en bouteille – un petit détail qui étonne souvent les australiens d’autres états, habitués à une bière autrement plus légère et transparente !

Paysage de vignoble en Australie du sud
Paysage de vignoble en Australie du sud

Par-delà la banlieue, un environnement idéal aux vignobles : les Adelaide Hills, la Barossa Valley et le McLaren Vale sont toutes de grandes régions viticoles. Les cépages sont nombreux : sauvignon blanc, pinot noir, chardonnay ou syrah, chaque week-end peut être un excellent prétexte à une nouvelle dégustation.

Adélaïde, une ville moins sage et tranquille qu’elle semble le paraître

À l’opposé des collines, côté ouest, la douceur de vivre sauce Adelaide se découvre aussi dans les quartiers du bord de mer : en tête de liste, Glenelg, plage la plus populaire de la cité et lieu de la première proclamation de la colonie. En été, l’artère principale et la promenade du front de mer sont animés par des foules d’autochtones comme de touristes qui, unis sous la bannière du combo tongues-short-tshirt, viennent ici prendre un verre au bar, se rafraîchir d’une glace ou emporter leur fish’n’chips sur la longue plage de sable blanc.

Gleneg jetty
Gleneg jetty

Une jetée s’y élance en direction de l’horizon, reconvertie en plongeoir par les jeunes et en plate-forme de lancer par les pêcheurs du dimanche, qui remontent poisson frais et petites pieuvres. Le climat méditerranéen d’Adelaide contribue à l’ambiance paisible et décontractée, avec des étés chauds et secs qui compensent pour les hivers froids et pluvieux.

Womadelaide 2016
Womadelaide 2016 Photo Tony Lewis

Bien que le caractère calme et relax de la cité lui crée parfois une réputation de « ville morte » auprès des backpackers, qui se plaignent de l’absence de « night life », Adelaide rend justice au surnom de l’état du South Australia : the Festival State. Chaque année, durant les mois les plus ensoleillés, se tiennent ici deux des plus grands festivals d’Australie : le WOMADelaide et l’Adelaide Fringe.

S’étendant respectivement sur 4 jours et 3 semaines, ces événements rassemblent une foultitude de manifestations artistiques en tous genres, depuis les spectacles de théâtre, de danse et de cabaret aux concerts endiablés où se succèdent tous les styles de musique. Des artistes venus des quatre coins du monde, de l’Australie à la Colombie en passant par la France ou la Turquie, se produisent ici : c’est l’occasion de découvrir des talents insoupçonnés ou d’assister aux représentations de grosses pointures comme Angus et Julia Stone. Une diversité musicale et culturelle bien illustrée par la signification de l’acronyme WOMAD : World of Music, Arts and Dance.

Le reste de l’année, c’est l’Adelaide Entertainment Center, dôme immaculé situé non loin des rives du Torrens, qui prend le relai des manifestations culturelles : la variété est ici aussi de mise entre les acrobates du Cirque du Soleil, les concerts de stars comme Kylie Minogue ou Kings of Leon, les spectacles de dressage équestre ou les représentations classiques d’orchestre et d’opéra.

Kangaroo Island, un île refuge pour la faune et la flore et gourmande

La région d’Adelaide au sens large séduira aussi les amoureux de nature, de week-ends et de vacances placés sous le signe de la détente : à une centaine de kilomètres au sud, Kangaroo Island  est la destination touristique la plus célèbre de l’état.

Kangaroo Island - Australie
Kangaroo Island – Australie

Après une brève traversée en ferry, l’île de 150 km de long par 60 km de large ouvre au visiteur un univers battu par les vagues et le vent, où les plages de rêve succèdent aux falaises accidentées. La terre est habitée de wallabies et de koalas, la mer de dauphins, de baleines, d’otaries, de lions de mer et de pingouins.

Si un tiers de la surface de l’île est dédié à la protection de la faune et de la flore, le reste est exploité pour les besoins humains. Selon les bonnes habitudes du South Australia, cela signifie que le terroir est en grande partie dédié à la production d’aliments gourmets : miel, yaourts, fromages et vins, une récolte complétée par la pêche et l’aquaculture qui apportent poissons frais, langoustes et homards à la table. Des petits gueuletons à dépenser en s’initiant sur place au surf (sur les vagues ou sur les dunes !), au kayak ou au quad.

Kangaroo Island - Australie
Kangaroo Island – Australie

Si vous n’avez ni le temps ni les moyens de vous rendre jusqu’à Kangaroo Island, pas de panique : même à proximité de la ville, il est possible de satisfaire son envie de verdure. À la frontière des dernières banlieues, les collines s’ouvrent sur plusieurs parcs de conservation.

Le parc animalier de Cleland permet de faire connaissance avec de nombreux animaux australiens qui évoluent ici en semi-liberté, tandis que le sommet du Mount Lofty confère une vue imprenable sur la capitale et ses environs. Avec la ville à ses pieds et un restaurant panoramique derrière soi, difficile de ne pas se dire que vue d’en haut comme d’en bas, Adelaide a tout pour plaire.


Adelaide : Pratique Corner

  • L’aéroport international d’Adelaide accueille 4 compagnies assurant la liaison avec la France via l’Asie : Qantas, Cathay Pacific, Malaysia Airlines et Singapore Airlines. Côté domestique, les trois opérateurs bas-budget du pays (JetStar, Virgin Blue et Tiger Airways) atterrissent tous ici, permettant de rallier toutes les autres capitales du pays ainsi que Cairns, Broome et la Gold Coast. La navette Skylink assure la liaison entre l’aéroport et le centre-ville d’Adelaide pour $10/personne ou $18/duo.
  • La gare d’Adelaide accueille trois principaux trains : l’Overland qui va jusqu’à Melbourne (11H, $79), le Ghan qui s’élance à travers l’outback pour rejoindre Darwin (2 jours, $549) via Alice Springs (25H, $279), et l’Indian Pacific en direction de Perth (2 jours, $349) ou de Sydney (24H, $229). Pour bénéficier des meilleurs prix via les réductions spécialement destinées aux backpackers, il vous faudra posséder une carte YHA, VIP ou Nomads, ou bien une carte d’étudiant internationale.
  • Les transports publics dans la ville et son agglomération sont assurés par Adelaide Metro, principalement par bus et par tram. Un trajet vous coûtera entre $2,70 et $4,60 selon le nombre de sections traversées. Si vous voyagez entre 9H et 15H, c’est-à-dire en dehors des heures de pointe, vous obtiendrez un ticket « Interpeak » à prix réduit – entre $1,90 et $2,80. Si vous prévoyez une journée chargée pour visiter, vous pouvez également opter pour un billet « Daytrip » couvrant des trajets illimités sur toute la journée pour $8,60. Dernière option économique, les carnets de 10 tickets allant de $16,20 à $30 (valables à toute heure) et de $12,60 à $16,40 (utilisable seulement hors heures de pointe).
  • Côté hébergement, le YHA d’Adelaide Central, sur Waymouth Street, propose la nuitée à partir de $29/personne (dortoir de 6). Moins cher, Annie’s Place est une autre auberge très populaire située sur Franklin Street, et dont les prix démarrent à $20/nuit/personne (dortoir de 6 à 10). Si vous préférez un cadre un peu plus balnéaire, rendez-vous à Glenelg du côté du Beach Hostel, à partir de $24/nuit/personne en dortoir de 5 à 7.
  • Le Central Market de Gouger Street est ouvert mardi de 7H à 17H30, mercredi et jeudi de 9H à 17H30, vendredi de 7H à 21H, et samedi de 7H à 15H.
  • Visitez la brasserie Coopers du mardi au vendredi à 13H. La visite guidée d’1H30-2H coûte $27,50/personne et inclut une dégustation des différentes bières de la marque. La brasserie se trouve dans la banlieue de Regency Park, à moins de 10 km au nord du centre-ville.
  • Pour visiter les vignobles, il est plus facile de louer une voiture pour la journée. Rejoignez la Barossa Valley via la Northern Expressway, et le McLaren Vale via la Main South Road. Comptez environ 1H de route pour chacune de ces destinations.
  • Pour rejoindre Glenelg, prenez le tram depuis Rundle Mall, au centre-ville, jusqu’à Moseley Square. Comptez 45 mins pour effectuer le trajet, qui vous coûtera $2,80 hors heure de pointe, ou $4,60 autrement.
  • Le festival de musique WOMADelaide a lieu chaque année en mars. Ce festival payant propose un certain nombre de pass, valides d’une nuit ($138 à 188) à 4 jours soit la totalité de l’événement ($356). Pensez à réserver à l’avance pour obtenir le meilleur prix – les billets vendus sur place au dernier moment sont plus chers. Si vous êtes membre du réseau YHA, pensez à faire valoir votre carte pour bénéficier d’une réduction.
  • Le festival d’art Adelaide Fringe a lieu chaque année sur 3 semaines à cheval entre février et mars. Le prochain se déroulera du 13 février au 15 mars 2015. Le festival comprend des événements gratuits et d’autres payants, à réserver au cas par cas.
  • Pour vous rendre à Kangaroo Island, empruntez la Main South Road jusqu’à Cape Jervis, une centaine de kilomètres au sud de la capitale. De là, vous pourrez prendre le ferry Sealink jusqu’à l’île, comptez $47/personne et $97/véhicule pour effectuer la traversée de 45 mins. Si vous ne disposez pas de votre propre véhicule, Sealink propose également des tours organisés de 1, 2 ou 3 jours au départ d’Adelaide, à partir de $157/personne. Dernière option : se rendre à KI par la voie des airs. La compagnie régionale Rex propose des vols à partir de $82/personne (horaires et tarifs variables selon les saisons) au départ de l’aéroport d’Adelaide, pour atterrir 35 minutes plus tard à celui de Kingscote, chef-lieu de l’île.
  • Cleland Wildlife Park, est ouvert quotidiennement de 9H30 à 17H. L’entrée coûte $22/personne, tandis qu’un pass annuel individuel (la WildCard) s’achète $55. Si vous souhaitez câliner un koala et vous faire prendre en photo se faisant, il vous en coûtera $30 supplémentaire. Il est également possible de visiter le parc de nuit, une visite guidée de $45/personne qui vous permettra de croiser des animaux nocturnes tels que les bettongs, potoroos et bandicoots.
  • L’accès au sommet du Mount Lofty est gratuit et permanent. Le centre d’information est ouvert quotidiennement de 9H à 17H, tandis que le restaurant est ouvert tous les jours à partir de 9H pour le petit-déjeuner et le déjeuner, ainsi que pour le dîner du mercredi au dimanche.
  • Cleland et Mount Lofty se trouvent à une quinzaine de kilomètres au sud-est du centre-ville. Suivez la Princes Highway puis empruntez la sortie Mount Lofty et la Mount Lofty Summit Road. Comptez une demi-heure de route.
Partenaire Australia-australie.com

3 Commentaires

  1. Alors là merci beaucoup pour cet article ! je mets cette page dans mes favoris direct. Moi qui recherchais justement des infos en tout genre sur la vie, les choses à faire, et d’autres infos sur Adélaïde, maintenant je suis comblé. Une arrivée début Janvier dans cette ville est parfaite, du point de vue du climat pour ensuite continuer mon trip vers Melbourne, Syndey, Brisbane jusqu’à Cairns ! Tour ça avec le soleil et des températures agréables d’après ce que j’ai pu lire sur le net.

    Vu que la région est viticole, j’ai possibilité de faire quelques semaines de vendanges en cette période non ?

    Merci encore !

  2. En janvier, tu pourras peut-être ramasser des cerises dans les Adelaide Hills. Pour les raisins, il faudra attendre février 🙂
    Tu trouveras davantage de détail sur où et quand ramasser quoi dans le guide de la Harvest Trail, publié par le gouvernement australien, et des informations sur le travail aux récoltes en général dans l’article sur le fruitpicking 🙂