BRISBANE

3
124
Brisbane

Surnommée « BrisVegas », tantôt par ironie, tantôt par snobisme, Brisbane a longtemps souffert de sa réputation de « backwater » : celle d’une grosse ville de cambrousse endormie. Si ces taquineries étaient auparavant justifiées, au 21ème siècle il n’en est plus rien : troisième cité la plus peuplée d’Australie après Sydney et Melbourne, Brisbane a surfé sur la vague de la croissance, nourrie par une économie florissante et un climat subtropical attrayant. Du vilain petit canard au grand cygne, la transformation de la cité reine de l’État du soleil n’a pas fini d’en mettre plein la vue.

Une petite histoire, des bagnards aux colons

Comme partout ailleurs en Australie, l’histoire de Brisbane commence au Temps du Rêve : longtemps avant l’arrivée de l’homme blanc, les aborigènes Jagera et Turrbal habitaient ces rivages où l’abondance de poissons et de crustacés favorisaient l’établissement de campements. Vision poétique d’une époque empreinte de simplicité, qui tranche avec l’avènement sombre et pragmatique de l’ère de la colonisation : comme beaucoup d’autres villes australiennes, Brisbane fut avant tout le site d’une colonie pénitentiaire.

Initialement établie en 1824 sur les rives de Moreton Bay, là où se situe maintenant la banlieue de Redcliffe, la colonie est rapidement déplacée : moins d’un an après leur arrivée, colons et prisonniers déménagent d’une vingtaine de kilomètres en direction de l’intérieur des terres. Leur nouvel emplacement, au creux de l’un des larges méandres du fleuve Brisbane, leur permet un bien meilleur approvisionnement en eau potable et décourage les tentatives de fuite des bagnards, encerclés par le cours d’eau.

Pendant 17 ans, Brisbane n’est rien de plus qu’une prison : un décret gouvernemental empêche quiconque de s’installer à proximité de ce bagne qui n’accueille que les détenus les plus difficiles, envoyés par Sydney. Toutefois, avec le temps, l’Angleterre cesse peu à peu de déporter ses criminels vers l’Australie, et au début des années 1840, Brisbane commence à accueillir des colons ordinaires, hommes et femmes libres cherchant à faire ou refaire leur vie à l’autre bout du monde.

Eglise - Brisbane

Originellement nommée en l’honneur du gouverneur du New South Wales, Sir Thomas Brisbane, la ville s’émancipe bientôt de son autorité : en 1859, le Queensland est proclamé colonie à part entière, indépendante du NSW et devenue son égale… du moins sur le plan légal. Car si la cité de Sydney dépasse alors déjà allègrement les 50.000 habitants, celle de Brisbane n’a pas encore décollé des 6000 résidents !

Brisbane, contre l’adversité, une croissance galopante

Dès lors, Brisbane rame pour s’en sortir et tenter de combler son énorme retard au démarrage. Les circonstances naturelles ne lui feront pas de cadeau : bâtie sur des plaines inondables qui font l’objet de crues rares mais dévastatrices, Brisbane est frappée par de terribles inondations en 1974.

L’eau envahit le centre-ville ainsi que des milliers d’habitations, causant des centaines de millions de dollars de dégâts. L’adversité entrave le développement urbain, et Brisbane perd de nouveau du terrain – autant de désastres et de retards qui expliquent sa réputation de cité campagnarde à la traîne.

Malgré ses handicaps et catastrophes, Brisbane réussit tout de même un tour de force : elle n’est peut-être toujours pas la première ville d’Australie, mais elle est celle dont la croissance est la plus galopante.

Sa relative proximité au tropique du Capricorne la fait jouir d’un climat subtropical caractérisé par des étés chauds et des hivers doux. La pluie tombe principalement en été, en averses tièdes qui ne sont pas toujours déplaisantes. Même au cœur de l’hiver, les températures de milieu de journée tutoient les 20° et ne descendent que rarement en dessous de 10°.

Cette météo attractive, qui ne le devient que de plus en plus au fur et à mesure que l’on remonte vers le nord, est l’un des fondements de l’économie du Queensland. Premièrement par le biais du tourisme, industrie toujours plus active là où il fait beau et chaud, et deuxièmement par celui de l’agriculture, l’état accueillant de vastes plantations de bananiers et de canne à sucre. Ajoutez à cela la présence de riches gisements miniers dans l’intérieur des terres et l’économie du Queensland sera sans doute capable de continuer à surmonter tous les obstacles ! Il le faut bien au vue des violentes inondations qui ont lieu chaque année et des dégâts matériels qui en découlent.

Difficile de deviner une telle histoire de rebondissements et de contretemps en se promenant dans les rues d’un centre-ville dynamique où les gratte-ciels sont quadrillés par de larges avenues. Au cœur de ce centre souriant et ensoleillée, Queen St Mall, principale artère piétonne et commerçante où tout Brisbane vient se presser pour faire les magasins, déjeuner en terrasse ou attraper une séance de cinéma.

Brisbane

C’est cette « rue de la reine » qui établit la dénomination de toutes les autres voies du centre-ville : chaque avenue a en effet reçu le nom d’un membre de la famille royale. Celles qui portent un prénom féminin courent en parallèle à Queen St, tandis que celles qui ont reçu un prénom masculin lui sont perpendiculaires. Une façon comme une autre de s’orienter !

Architecture moderne et tropicale en harmonie

L’architecture du centre de Brisbane se veut moderne : de hauts buildings à base de verre et d’acier dominent l’horizon d’une cité au regard tourné vers l’avenir. Ici et là, d’anciens bâtiments de pierre construits au siècle dernier offrent un charmant contraste aux tours contemporaines et la cohabitation entre passé/futur accentue l’attrait de chacun.

Un peu à l’écart du centre, dans les quartiers résidentiels, des maisons traditionnelles, les « Queenslanders » : construites en bois, sur pilotis, avec de hauts plafonds et de larges vérandas, elles dégagent un sentiment de confort et de sérénité. Spacieuses, ombragées et bien ventilées, les Queenslanders sont parfaitement adaptées au climat chaud de Brisbane.

Pour visiter la ville, il faudra apprendre à jongler entre les rives : divisée par son fleuve, la ville s’étale de par et d’autre du cours d’eau. Les traversées s’opèrent facilement grâce à de grands ponts, tantôt routiers, tantôt piétons ou cyclistes, si ce n’est les trois à la fois.

Autre alternative : embarquer à bord d’un « CityCat », les petits catamarans bleus et blancs motorisés qui prennent le relais des bus et des trains pour assurer les transports autour du fleuve.

Brisbane
City Cat

Un excellent moyen d’allier l’utile à l’agréable en se déplaçant d’une croisière offrant de beaux panoramas sur la ville et sur les falaises rougeoyantes de Kangaroo Point, au détour de l’une des boucles de la rivière. Un terrain de jeu naturel qui accueille chaque jour des citadins sportifs venant pratiquer leurs techniques d’escalade et de rappel à deux pas de leur lieu de travail.

Sur la même rive, South Bank, face au centre-ville, a été aménagée en une vaste promenade émaillée de cafés, glaciers et restaurants, où d’élégantes allées de bougainvilliers aux fleurs roses mènent à la pièce centrale des lieux : des piscines aux contours courbés bordés de sable et de cocotiers où tout un chacun peut venir se rafraîchir et se baigner gratuitement, avec vue sur le fleuve et sur les bâtiments du centre-ville en prime. Brisbane n’a pas pu être bâtie au bord de la mer ? Qu’à cela ne tienne, les australiens ont bâti la plage à Brisbane !

Brisbane, Deux rives s’opposent , coté culturel, bohème ou branché

South Bank sert aussi de centre culturel à la cité : on y trouve le Queensland Museum, la Queensland Art Gallery, la State Library et le Performing Arts Center où se produisent des spectacles d’opéra, de danse et de musique. Véritable centre névralgique des loisirs à Brisbane, South Bank accueille chaque année le Riverfestival ou Brisbane Festival, qui, tout comme les célébrations de Noël et du nouvel an, est un excellent prétexte pour tirer de magnifiques feux d’artifice au dessus des eaux du fleuve.

brisbane_4

Rive sud et rive nord s’opposent et se complètent aussi à travers certains des quartiers les plus populaires de la ville : au sud, West End a adopté l’esprit bohème avec une collection de cafés « cozy », de restaurants bon marché, de magasins de fripes ou de produits bio, le tout formant un quartier à la fois couru et sans prétention, fréquenté par les véritables hippies autant que les gentils bobos.

Au nord, la Fortitude Valley est le quartier branché par excellence où les jeunes professionnels viennent vivre, dévaliser les magasins à la mode et faire la fête jusqu’au bout de la nuit dans des bars et boîtes animés par des DJs survoltés. Deux mondes bien différents qui gravitent chacun d’un côté de la rivière.

Mais que l’on soit rive sud ou rive nord, une chose est sûre, Brisbane sait offrir le repos aux fêtards comme aux babas cool grâce à sa multitude de jardins : dépaysement garanti, notamment, en visant les jardins botaniques de la ville où des plateformes de bois mènent au-dessus des mangroves qui longent le fleuve et où la nuit des possums descendent des arbres pour venir inspecter le contenu des poubelles.

brisbane

Mais les plus beaux jardins sont sans aucun doute ceux du Mount Coot-tha, dans la banlieue ouest de la ville. Ici, étangs et parterres de fleurs accueillent une foultitude de plantes inhabituelles, oasis de verdure où ibis, canards, tortues et dragons d’eau viennent tout naturellement trouver refuge pour le plus grand bonheur des amateurs de faune et de flore. Situé sur une colline, le Mount Coot-tha offre depuis son sommet une vue imprenable sur l’immense étendue de Brisbane, et la frêle silhouette de ses gratte-ciels au loin.

À proximité, le sanctuaire de Lone Pine prolonge le plaisir de découverte : ce parc animalier en bord de fleuve est l’un des plus réputés d’Australie, et ses enclos, souvent de plein air, regroupent nombre d’animaux typiques tels que les kangourous, koalas, wombats, émeus et casoars. Une attraction qui n’a de cesse d’émerveiller les grands et les petits, autochtones ou étrangers.

Ville moderne, riche et en plein essor, Brisbane offre à qui le veut un style de vie qui marie habilement travail et plaisir, dans une ambiance dynamique qui ne se départit pas pour autant de son petit côté détendu. Ensoleillement, végétation exotique, faune riche et températures douces tout au long de l’année s’y ajoutent pour faire de la capitale du Queensland une parfaite métropole des antipodes.


Brisbane : Pratique Corner

  • L’aéroport international de Brisbane assure des vols directs vers l’Asie (et de là l’Europe) et la Nouvelle-Zélande via des compagnies comme Cathay Pacific, Singapore Airlines, Emirates, Etihad, Air France, Qantas, British Airwas et Air New Zealand. Des vols directs vers la Nouvelle-Calédonie sont également proposés par Aircalin. Côté domestique, il est possible de rallier toutes les autres capitales d’état australiennes, et un grand nombre de villes du Queensland (notamment Cairns, Townsville, Rockhampton, Mackay, Bundaberg), grâce à Qantas, JetStar, Virgin Blue et Tiger Airways.
  • Rejoignez le centre-ville depuis l’aéroport grâce au Airtrain – comptez 20 minutes de trajet pour AU$17,50/personne. Vous pouvez choisir de descendre aux gares de Roma Street, Central ou South Brisbane.
  • Si vous préférez le train, la gare de Roma Street accueille deux réseaux : CountryLink et Queensland Rail. CountryLink assure la connexion avec Sydney (14H, environ AU$130) et Melbourne (27H, environ AU$210). Queensland Rail propose trois trains fonctionnant uniquement au sein de son état : le long de la côte, le Sunlander relie Brisbane à Cairns, tandis que dans les profondeurs des terres le Spirit of the Outback va jusqu’à Longreach, et le Westlander jusqu’à Charleville.
  • Notez que vous pouvez mieux tirer parti du réseau ferroviaire grâce à un système de pass. Valides de 14 jours à 6 mois pour des prix allant de AU$217 à AU$450, ils vous permettront d’effectuer des trajets illimités sur une partie du réseau : le Queensland Explorer Pass concerne tous les trains Queensland Rail, le Backtrackers Pass ceux de CountryLink, et l’East Coast Discovery Pass consiste en un partenariat entre les deux permettant de couvrir toute la côte est, de Melbourne à Cairns.
  • Au sein de l’agglomération, les transports en commun sont assurés par TransLink. Le meilleur moyen d’en profiter est de faire l’acquisition d’une go card. Cette carte magnétique peut être créditée du montant de votre choix, et doit être validée lorsque vous montez et descendez de votre bus, train ou ferry. Outre son côté pratique, la go card permet également de bénéficier de tarifs réduits par rapport aux traditionnels billets de papier : par exemple, un trajet de zone 1 vous coûtera AU$3,90 si vous achetez un billet, mais seulement AU$3,35 si vous utilisez une go card ! Vous pouvez acheter et créditer votre go card dans les bureaux de presse (« newsagent ») et les supérettes 7-Eleven. La go card elle-même est gratuite, pour l’acquérir vous n’aurez besoin que de la créditer d’un minimum de AU$5. Vous devrez également payer un dépôt de AU$10 que vous pourrez récupérer à votre départ de Brisbane en rendant votre go card à un revendeur. Une dernière chose à savoir ? Oui, en voyageant hors heure de pointe (« off peak ») vous bénéficierez d’une réduction supplémentaire de 20% sur le prix de vos trajets. Préférez donc vous déplacer entre 9H et 15H30 ainsi qu’après 19H en semaine, et toute la journée le week-end et les jours fériés.
  • Au niveau de l’hébergement, le YHA local propose des lits à partir de AU$32/nuit en dortoir de 6. Budget restreint ? Bunk, dans le quartier branché de Fortitude Valley, casse les prix avec des lits à partir de AU$20/nuit en dortoir de 16 à 20 personnes.
  • Sportif ? Rendez-vous à Kangaroo Point pour profiter de nombreuses activités ! La compagnie Riverlife pourra vous louer du matériel : pour une heure et demie d’utilisation, comptez AU$45 pour un kayak, AU$25 pour des rollers ou AU$20 pour un vélo. Vous pourrez aussi vous initier à la descente en rappel (AU$45) ou à l’escalade (AU$55).
  • L’entrée au Queensland Museum et à la Queensland Art Gallery est gratuite. Le musée est ouvert tous les jours de 9H30 à 17H, la galerie de 10H à 17H. Ils sont fermés le jour de Noël, le vendredi de Pâques et à Boxing Day (26 décembre), et opèrent sur des horaires réduits lors d’ANZAC Day (25 avril).
  • La State Library, ouverte tous les jours de 10H à 17H, propose un accès internet gratuit dans l’Infozone du rez-de-chaussée. Si vous avez un ordinateur portable, profitez du WiFi à volonté. Autrement, il vous faudra réserver un poste fixe, utilisable 1H maximum.
  • Rendez vous aux jardins botaniques du Mount Coot-tha par transports en commun via le bus 471 sur Adelaide Street. Comptez AU$2,70/personne pour 20-30 minutes de trajet, vous aurez le choix entre descendre à l’entrée des jardins ou au point de vue du sommet. Attention, pensez à vérifier les horaires du bus avant de partir, sa fréquence n’étant pas très élevée. Les jardins sont ouverts tous les jours de 8h à 17h30 (17h d’avril à août).
  • Rejoignez le sanctuaire de Lone Pine par bus également via les lignes 445 (départ d’Adelaide Street) ou 430 (départ de la station souterraine de Queen Street). Comptez $4,70/personne pour un trajet de 30 minutes. Le sanctuaire est ouvert tous les jours de 8h30 à 17h, l’entrée y est facturée AU$36/personne. Les loriquets sont nourris tous les jours à 10H30 et 15H30, et la présentation d’oiseaux de proie en vol libre a lieu à 11H45.

3 Commentaires