Mallee Country : partir à la découverte de cet écosystème préservé

1
762
Mallee Country - Victoria - Australie

Dans le nord-ouest du Victoria, dans la région de Mildura, se cache un écosystème tout entier, préservé dans des parcs nationaux gargantuesques et solitaires : Mallee Country. Ce mot d’origine aborigène désigne des habitats arides faits de vastes plaines couvertes d’une toison d’arbustes et de buissons qui s’étendent à perte de vue, où l’eau est si précieuse que même les lacs ne sont souvent que saisonniers.

Un petit désert qui grouille de vie

Je m’arrête dans Mallee Country par une nuit de pleine lune et la silhouette des arbres se détache nettement sur le ciel indigo. Ce n’est qu’après un feu de camp et une nuit de sommeil que je m’attelle à explorer les lieux : nous sommes dans le Little Desert National Park, le morceau de Mallee Country le plus proche des Grampians.

Mais « petit désert », voilà un nom bien trompeur : ce bout de bush n’a rien de vide ou de déboisé, bien au contraire ! Ici, le paysage est composé d’herbes hautes et de grands river red gums, une majestueuse espèce d’eucalyptus. La scène a des faux airs de savane.

Le matin est encore jeune et frais, une brume mystique plane sur la Mallee, dont les arbres se détachent comme enveloppés d’une fumée d’or. Des empreintes d’émeus et de kangourous marquent le sable du chemin, et aux buissons pendent des milliers de toiles d’araignées perlées de rosée, formant une fragile cité presque invisible à l’œil humain.

Les galahs, cacatoès gris et rose, me tiennent compagnie, volant d’arbre en arbre en piaillant. Bientôt, je croise certains des propriétaires des empreintes : un petit groupe de kangourous détale dans la brousse. Leur fourrure n’est plus gris pâle, comme sur la côte est, mais brune, couleur chocolat : il s’agit de western grey kangaroos, et non eastern. Ils sont un symbole de la Mallee Country, tout comme l’éclat vert vif des perroquets qui prennent la fuite dans la forêt : des mallee ringnecks.

Mallee Country - Victoria - Australie

Hattah-Kulkyne, un parc national dans un océan de terre plate

Après l’abondance de faune et de flore du Little Desert, reprendre la route est un choc : oui, le nord-ouest du Victoria est une terre intensément plate où même le modeste massif des Grampians semble presque être une anomalie.

Et qui dit terre plate, dit bien sûr agriculture : des champs jaunis s’étendent à perte de vue de chaque côté des routes. La monotonie seulement brisée par la silhouette d’un silo ou d’un petit village rural où quelques pauvres magasins desservent les fermiers du coin. Heureusement, plusieurs parcs nationaux gardiens de la biodiversité subsistent dans ce vide intersidéral de la monoculture : Hattah-Kulkyne est l’un d’eux, et le plus accessible depuis Mildura.

Ici, on parle toujours de Mallee Country, mais il y a deux habitats bien distincts à explorer : les dunes de sable (sand dunes) et les plaines inondables (floodplains).

Les dunes sont de la Mallee à l’état pur, des arbustes et des buissons qui prennent racine dans un sable orangé dont la teinte révèle toute sa profondeur à la tombée du jour. Les plaines, elles, vivent dans un cycle de manque et d’abondance : Hattah-Kulkyne contient de nombreux lacs saisonniers.

Quand ils se remplissent, l’eau peut monter jusqu’à la crue et venir abreuver les plaines environnantes.

Quand ils sont asséchés, c’est autre chose. Dans un pays comme l’Australie, l’eau est un problème permanent et un sujet de conversation (comme de conservation) constant et passionné.

Certains des lacs et des rivières de la région sont à sec depuis plus de 20 ans. À Hattah-Kulkyne, beaucoup des lacs saisonniers marqués sur les cartes ne demeurent qu’un fantasme de voyageur : à leur place, on ne trouve que des plaines et des forêts qui poussent sur un sol d’argile craquelé. Les lacs Hattah et Mournpall, toutefois, sont quant à eux encore pleins, le second est même 20 m plus étendu que la dernière fois que j’ai campé à son bord.

Mallee Country - Victoria - Australie

Le résultat est saisissant : non seulement les lacs sont bien remplis (bien que de vieilles jauges abandonnées sur les rives du lac Hattah suggèrent que par le passé le niveau de l’eau atteignait d’autres records), mais en prime cette relative abondance attire les oiseaux en grand nombre.

La Bugle Ridge Track, une balade accompagnée d’une multitude d’oiseaux

Par une belle matinée, j’attaque la Bugle Ridge Track, qui démarre du camping du lac Hattah et traverse les floodplains. En moins d’une demi-heure, j’ai déjà repéré une demi-douzaine d’oiseaux différents : galahs, corellas (cousins des cacatoès), noisy miners et white-winged choughs (aisément distinguables des pies et des corbeaux par leurs yeux rouges et par le blanc de leurs ailes déployées) m’ont tenu compagnie durant le petit-déjeuner.

Sur le sentier, je croise des cacatoès blancs à crête jaune, un héron gris cendré qui vogue gracieusement à travers le ciel, et des perroquets : les mallee ringnecks emblématiques de la région, mais également plusieurs couples de red-rumped parrots (perroquets bleu, vert et jaune avec une touche de rouge) et de regent parrots, une espèce au plumage jaune vif, considérée comme menacée de par sa distribution très localisée. Bien sûr, émeus et kangourous habitent également les lieux, mais sont bien rapides à prendre la fuite à la moindre approche.

Mais Mallee Country, c’est aussi un autre genre de spectacle qui n’implique pas la faune : ici, les levers comme les couchers de soleil sont intenses, à la fois immenses et remis à l’échelle d’un ciel encore bien plus vaste.

Sur la plate-forme du Warepil Lookout, seul moyen de gagner un peu de hauteur pour voir par-dessus la tonsure des arbres, un horizon plat et infini révèle, à l’ouest, un orbe solaire qui plonge vers l’autre côté de la terre. De l’autre côté, à l’est, c’est une lune ronde, pleine et énorme, qui semble se soulever des profondeurs de la Mallee, le pays où même les astres s’alignent.


Mallee Country : Pratique corner

  • Little Desert National Park se trouve à environ 380 km au nord-ouest de Melbourne. Suivez la Western Highway (M8, puis A8) en direction de Ballarat, Horsham et Adelaide. L’accès au parc se fait entre les villes de Dimboola et de Nhill, via la Kiata South Road.
  • La promenade décrite dans cet article est la River Red Gum Loop, d’une longueur de 3,2 km, qui démarre du Kiata Campground – comptez une petite heure pour en profiter.
  • Hattah-Kulkyne National Park se trouve à près de 600 km au nord-ouest de Melbourne, mais seulement 60 km au sud de Mildura. Dans les deux cas, l’accès se fait via la Calder Highway (M79 ou A79), en tournant vers le parc national sur la Hattah Robinvale Road (sur votre droite en venant de Melbourne, sur la gauche en venant de Mildura).
  • La randonnée décrite dans cet article démarre du Lake Hattah Campground et emprunte Bugle Ridge Track, Brockie Track et le Nature Drive pour former une boucle d’environ 15 km. Le terrain est plat, mais les opportunités d’observer les oiseaux sont nombreuses – comptez 4h.

1 COMMENTAIRE

  1. Très bel article, j’adore surtout la 4ème photo, très représentative de centaines de milliers d’hectares en Australie, un paysage auquel on ne songe pas forcément quand on pense à ce pays.
    On retrouve d’ailleurs ce type de paysage dans la vallée centrale des Grampians, une vallée que l’on peut traverser en empruntant la Glenelg River Road. C’est très sympa et accessible en 2WD (sauf pluie bien sûr), pour une autre vision des Grampians.
    Bons voyages !!