Purnululu National Park, les dômes de Bungle-Bungle

4
1533
urnululu National Park, Western Australia
Bungle Bungles - Purnululu National Park, Western Australia
Partenaire

Listé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour son exceptionnelle beauté naturelle, le parc national de Purnululu se situe dans le nord du Western Australia, l’Australie Occidentale. Purnululu, aussi connu sous le nom de Bungle Bungle, est l’une des plus grandes gemmes de cette région sauvage que l’on nomme Kimberley. Ici, des plates étendues d’un outback rougeoyant, s’élèvent soudain des dizaines de dômes de grès bandés d’orange et d’anthracite, comme autant de silencieuses sentinelles exerçant leur vigilance impavide depuis les profondeurs du Temps du Rêve.

Bungle Bungle, du haut de ces dômes des millénaires vous contemplent

L’origine des célèbres dômes de Purnululu remonte à plusieurs centaines de millions d’années. À l’époque, il n’était pas question de reliefs, mais simplement de multiples couches de sédiments déposées au fond d’un ancien lit de rivière.

Purnululu

Entassés, compressés, les sédiments se solidifient en grès et s’érigent peu à peu en une large chaîne, le massif de Bungle Bungle. Dès lors, l’érosion entre en jeu : année après année, siècle après siècle, millénaire après millénaire, ce sont les pluies diluviennes de la saison humide, le vent, le gel et la canicule qui craquellent, usent et fissurent le roc jusqu’à former l’étrange collection de tourelles naturelles que l’on contemple aujourd’hui.

Purnululu

Groupe Australia-australie.com

À la surface de la pierre, un artiste semble avoir passé un délicat pinceau pour strier les dômes d’orange et de gris : conséquence naturelle de la présence de fer et d’argile dans la composition du roc. Si le fer s’oxyde en dégradés de couleurs chaudes, l’argile humide accueille des colonies de cyanobactéries anthracite et l’œuvre d’art n’est rien de plus que l’incroyable pigmentation inhérente à mère nature.

Purnululu

Baptisé « Purnululu » par les aborigènes Kija, pour qui ce mot à l’étrange consonance veut tout simplement dire « grès », le massif est surnommé « Bungle Bungle » par les colons européens.

Un terme à l’origine obscure, sans doute dérivé du nom de l’herbe qui tapisse la région, la « bundle bundle ». Plus étrange encore est l’histoire de la « redécouverte » de Purnululu : malgré la présence de propriétés pastorales et même d’une autoroute à relative proximité de la chaîne, celle-ci semble avoir longtemps passé inaperçu.

Purnululu

Il faudra attendre 1983 et la venue fortuite d’une équipe de cinéastes pour révéler au monde l’insolite splendeur de ce recoin de perdition. Dès lors, Purnululu recueille les louanges qu’elle mérite : en 1987, la région devient un parc national grand de près de 2400 km². En 2003, le parc national est listé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Purnululu, un magnifique parc national qui se dévoile aux « aventuriers »

Aujourd’hui devenu l’attraction phare de sa région, Purnululu demeure pourtant toujours difficile d’accès : impénétrable durant la saison des pluies, lorsque canicule et inondations rendent l’exploration périlleuse ou impossible, le parc se découvre seulement par temps plus clément.

Isolé au bout d’une cinquantaine de kilomètres de piste, il reste indispensable de s’y rendre en 4×4, quel que soit le moment de l’année : pour voir le bout du chemin, il faudra en effet affronter nids de poule, franchissements de rivière et « corrugations », ces déformations qui donnent à la route la surface d’une plaque de tôle ondulée.

Purnululu

Autant de complications qui pimentent une visite au parfum d’aventure – et pour les moins audacieux, la popularité du parc permet une solution de repli : en y mettant le prix, il est possible d’atteindre Purnululu par la voie des airs, à bord d’un petit avion offrant une vue inégalée sur ses ruches de roche.

Purnululu

Une fois sur place, la récompense est à la hauteur de la détermination et de l’énergie dépensées. On découvre que les fameux dômes, si exceptionnels soient-ils, ne sont qu’une partie d’un tout : au cœur du parc se révèlent également un réseau de gorges labyrinthiques, un gigantesque amphithéâtre naturel, des bosquets de palmiers pressés entres les parois des falaises, de vertigineuses failles dans le roc et des bassins d’eau claire espacés sur le lit rocailleux d’une rivière asséchée. Le tout habité de wallabies et wallaroos, de reptiles et d’oiseaux dont des guêpiers colorés et des flopées de perruches vertes et or.

Purnululu

Sur cette terre ancestrale, aussi belle que mystérieuse, la visite des lieux se transforme en leçon de vie : ici, il faut apprendre à prendre le temps, à braver chaque jour la chaleur de four qui se réverbère sur les parois de pierre, tout cela pour parvenir à porter plus loin son exploration.

Chaque jour, à l’aube et au crépuscule, s’arrêter un moment pour contempler le lent incendie des massifs couronnés d’or par la lumière oblique d’un soleil au point de l’horizon. Instant de grâce.


Purnululu National Park : Pratique corner

  • Purnululu se trouve à un peu plus de 1000 km au sud-ouest de Darwin, 300 km au sud de Kununurra, ou encore 750 km à l’est de Broome. Depuis Darwin, il vous faudra suivre les Stuart et Victoria Highways jusqu’à la frontière du Western Australia, puis la Great Northern Highway jusqu’à bifurquer sur Spring Creek Track, la piste d’accès au parc, strictement réservée aux 4×4. Depuis Broome ou Kununurra, vous serez directement sur la GNH.
  • Plutôt que conduire, vous pouvez aussi rejoindre Broome ou Kununurra par avion depuis Perth.
  • Qantas propose des allers simples pour Broome (2h30 de vol), et pour Kununurra (4h de vol, avec escale à Broome). Pensez à réserver à l’avance et soyez flexible sur les dates pour obtenir les meilleurs prix. Les tarifs vont du simple au triple.
  • Attention ! Vous pourrez uniquement visiter Purnululu entre avril et mi-décembre. Saison des pluies oblige, le parc est fermé le reste de l’année. Des fermetures exceptionnelles peuvent arriver même à la belle saison, pensez donc à vous renseigner sur place avant de faire la route. Les meilleurs mois pour visiter Purnululu sont juillet et août, lorsque le temps est au beau fixe et que les températures sont les plus agréables.
  • Pour découvrir le parc, il faudra vous acquitter de droits d’entrée de AU$13/véhicule. Deux aires de camping, Walardi et Kurrajong, permettent de dormir sur place. Pensez à apporter avec vous suffisamment d’eau et de nourriture pour assurer votre autonomie – le magasin le plus proche est à Halls Creek, 150 km au sud du parc !
  • Sur place, un survol de Purnululu est inoubliable Tours avec aviair.
  • Alternativement, vous pouvez opter pour un survol en avion au départ de Kununurra – ce dernier dure 2h, dont 20 minutes au-dessus de Purnululu.
  • Si vous ne disposez pas de votre propre moyen de transport, réservez un tour guidé au départ de Kununurra.
  • Plusieurs randonnées permettent de visiter tous les aspects du paysage de Purnululu : Cathedral Gorge (3 km, 1h30), Domes Walk (1 km, 20 mins), Echidna Chasm (2 km, 1h) ou encore Mini Palms Gorge (5 km, 2h30).
  • Les amateurs de longue randonnée pourront quant à eux passer plusieurs jours à explorer les profondeurs des multiples gorges qui prennent naissance au bout de Piccaninny Creek.
Partenaire

4 Commentaires

  1. Salut,
    Voilà un coin d’Australie où nous n’avons pas pu aller, et où nous irons un jour, c’est sûr…
    Tes photos sont magnifiques, saturées de sable rouge sous un ciel bleu à l’australienne, argh, le retour en France est vraiment trèèèès dur. (et encore, ça fait bientôt un an !!)
    Beaux voyages à tous.

  2. Article bien écrit, mais il est dommage que la qualité des photos ne suivent pas, on a l’impression qu’il s’agit de diapos scannées. Ce qu’un lecteur voit en premier c’est les photos, des photos il a un à priori sur la qualité des articles. Ce qui est bien dommage :-(.
    Mon message se veut être une critique positive :).