Cocaïne ? Sniffer n’est pas jouer !

0
274
cocaine
Tout ce qui est blanc n'est pas de la cocaïne
Partenaire

C‘est une aventure ou plutôt une mésaventure que neuf backpackers de 21 à 25 ans de Perth ne sont pas prêts d’oublier. Cette histoire serait risible si plusieurs d’entre eux n’avaient pas risqué d’y laisser leur vie, dont cinq français.

A la lecture de cette news vous serez surement étonné de la légèreté avec laquelle ils ont agit, insouciance qui ne peut s’expliquer que par un effet d’entrainement du groupe et que plus que jamais… snifer n’est vraiment pas jouer.

L’histoire qui a frôlé le drame, commence par un colis arrivant à la colocation des backpackers à Colombo Street dans un quartier de Perth, Victoria Park. Un colis provenant de New York,  destiné à un colocataire déjà parti, un colis orphelin que nos neuf « aventuriers » décidèrent d’ouvrir.

Dans le colis un simple papier avec la mention « Scoop » enveloppant une poudre blanche dans du papier d’aluminium. A priori aucun des participants n’a jugé bon de s’informer de la signification de ce mot, une simple recherche sur son smartphone les aurait dissuadé d’aller plus loin.

Leur perspicacité a probablement vite conclu qu’une poudre blanche ne pouvait être que de la cocaïne, un cadeau tombé du ciel, dont il ne fallait faire rapidement qu’une seule chose, la sniffer et vite !

Groupe Australia-australie.com

Rapidement, les neuf participants comprirent leur dramatique erreur, la paralysie les gagna immédiatement, impossible de crier, de parler, impossible d’appeler de l’aide

Un des participants déclara  » nous étions sans force, impossible de bouger »

Un autre participant déclara même qu’il avait l’impression que son visage fondait.

Si un des colocataires n’avait pas décidé de sortir ce soir là, il est probable que l’issue aurait été tragique. Les secours arrivèrent à temps, les neufs backpackers furent emmenés d’urgence à l’hôpital Royal de Perth.

Copyright : the West

A l’hôpital, certains conservaient encore de graves complications, hallucinations, rythme cardiaque qui s’emballe, convulsions, ce qui obligèrent les médecins à en plonger quelques uns en coma artificiel afin de les protéger.

Cette fameuse poudre blanche, au doux nom de scoop, surnom utilisé dans la milieu des trafiquants est en fait de la hyoscine, une drogue ayant pour effet de s’attaquer au système nerveux central, de vous rendre plus ou moins vulnérable et de vous transformer en « zombie » en fonction de la dose. Connue pour être la drogue des violeurs et des kidnappeurs, celle-ci bloque les neurotransmetteurs.

Elle provient principalement de Colombie où on la surnomme Devils’s Breath, le souffle du diable. Ce jour-là, les neuf backpackers étaient à deux doigts de sentir son souffle. La morale de l’histoire, toute poudre blanche n’est pas bonne à snifer et un petit tour sur le net évite un tour à l’hôpital.

Au passage, le numéro des urgences est le 000.

Partenaire