otarie

Des otaries à fourrure de Kangaroo Island, originaire de Nouvelle-Zélande, exterminent les manchots pygmées de l’île et créent un drame écologique. C’est de pire en pire, et il y a beaucoup de cas où les otaries ne les mangent même pas.

Ca arrive à moins de 100 mètres d’ici, tu as une vue d’ensemble, c’est comme regarder un film d’horreur !.

s’exclame Simone Somerfield, professionnelle du tourisme de Kangaroo Island.
Un bouleversement écologique, révélé fin août par le journal anglais The Independent,

se joue actuellement sur l’île Kangourou, située à une centaine de kilomètres au sud d’Adélaïde. Depuis quelques années, une colonie d’otaries à fourrure déciment les manchots pygmées de l’île. Attraction touristique et espèce protégée, les plus petits manchots du monde, hauts de 25 cm pour seulement 1kg, sont les victimes d’une émigration massive d’otaries néo-zélandaises.

La colère des agences touristiques se heurte au blocage et à l’incapacité des autorités environnementales d’intervenir, les otaries à fourrure étant également une espèce protégée. Deux espèces conservées où « les humains n’ont qu’un petit contrôle », explique le ministère de l’Environnement, qui refuse de déplacer les otaries.

L’afflux massif des otaries serait dû à un bouleversement de l’écosystème, lié à la raréfaction des requins et des baleines, leurs prédateurs naturels. Une nouvelle espèce, et l’extinction d’une autre, pourrait déstabiliser la biodiversité de l’île, et menacer les kangourous, koalas et autres animaux australiens symboliques de l’île Kangourou.

Partenaire Australia-australie.com

1 COMMENTAIRE

  1. Je ne vois pas comment la disparition des manchots pourraît mettre en danger les koalas ou kangourous. Quant aux koalas, ils ne sont pas vraiment symboliques de l’île, après tout il y a ont été introduits par l’homme, tout comme le possum et l’ornithorynque.

    Mais pour les requins c’est sûr que l’homme fait n’importe quoi, notamment l’Asie du Sud-Est qui décime complètement leurs populations juste pour faire de la soupe d’aileron de requin pour la nouvelle classe moyenne et aisée chinoise…