Opossums Tasmanie

Le déclin des diables de Tasmanie provoque de grands changements dans l’écosystème de l’île. « Leur comportement, dans la mesure où ils viennent ouvertement sur le sol loin des arbres, est très similaire à ce que nous trouvons maintenant sur des îles où il n’y a pas de diables, ce qui signifie que les diables sont fonctionnellement éteints pour les opossums. » Menna Jones, professeure associée à l’université de Tasmanie, à ABC.

Quand le diable n’est pas là, les opossums dansent. En Tasmanie, l’extinction de l’animal symbolique de l’île provoque un bouleversement sur l’écosystème. Les opossums d’Australie, jusque-là chassés, sortent confiant des souches d’arbres et remplacent, petit à petit, les chasseurs, les célèbres diables de Tasmanie.
« Ils ne sont plus inquiets d’être mangés par un diable s’ils descendent sur le sol », explique Menna Jones, professeure associée à l’université de Tasmanie, à ABC.

Mais la bravoure des opossums n’est pas le seul changement notable dans l’écosystème de l’île qu’amènerait la disparition des diables, éteints à plus de 90% dans l’est de la Tasmanie pour cause de tumeur faciale.

« Il peut également avoir en conséquence une augmentation de la prévalence du [parasite] toxoplasma gondii dans l’environnement, ce qui bien sûr est une grande préoccupation, car les animaux comme les pademelons ou les bandicoots sont susceptibles d’attraper la toxoplasmose, comme les moutons », alerte Menna Jones, qui milite pour des plans de réintroduction du diable de Tasmanie.

Crédits photo : Dawn Ashley