Elisa Best Job

Ils ne sont plus que trois à être dans la course pour le job de Park Ranger dans le Queensland dont une française, Elisa Detrez !
Pour ceux qui ne te connaissent pas encore qui es-tu ?

Je suis Elisa Detrez, j’ai 28 ans, je vis et travaille à Paris pour un grand acteur du tourisme.
Je suis originaire du Jura, d’où mon goût pour les grands espaces et la nature à l’état pur !

Connais-tu déjà l’Australie ?

Oui en fait, j’ai toujours été attiré par ce pays. En 2009/2010, je suis partie en Visa Vacances Travail en Nouvelle–Zélande, après avoir longuement hésité entre les deux pays ! Du coup, j’en ai profité pour découvrir une partie du pays sur le chemin du retour (Sydney, Brisbane, camp de surf de quelques jours sur la côte Est : c’était top !).

Pourquoi avoir participé au concours best Jobs et avoir postulé plus particulièrement à ce job ?

Comme je le mentionne ci-dessus, l’Australie est un de mes pays rêvés depuis petite et après avoir pu y passer quelques temps en 2010, je ne souhaite qu’une chose : pouvoir y retourner !

Cependant, il y a une partie sérieuse et responsable en moi, qui m’a obligée à revenir en France, commencer un travail, me poser etc…avec les années, on devient plus raisonnable…quoique ! Quand en mars, j’ai vu le logo Best Jobs sur Facebook , je n’ai pas hésité une seconde, j’ai lu les conditions et j’ai envoyé une vidéo directe !

Pourquoi Park Ranger ?

Car c’est le poste qui correspond le plus à ma personnalité et à mon idéal ! Être au grand air, découvrir des lieux magiques, participer à pleins d’activités insolites et sportives. Bien sûr, ils sont tous super attractifs, mais il faut bien faire des choix .
Le Queensland, c’est un état immense et superbe, avec des richesses naturelles incroyables. Nager avec Nemo et les tortues géantes dans la Barrière de Corail reste tout particulièrement un rêve pour moi !
Le poste de Taste Master me tentait bien aussi car je suis une grande gourmande et fine critique culinaire, lol, par contre je ne bois pas de vin ni de bière. Alors, c’était un peu handicapant !

Comment s’est déroulée ton aventure une fois que tu as passé les premières sélections ?

Tout s’est enchaîné si vite !! Un vrai tourbillon, il a fallu bien s’organiser pour gérer sa « campagne », contacter les médias, trouver des parrainages. Cela a représenté une somme de travail assez considérable. Ce n’était pas toujours évident de jongler entre l’Australie et mon actuel travail. Les nuits ont donc été bien trop courtes ! Mais cela a duré 2 semaines et je voulais le vivre à fond !

Mobiliser autant de personnes autour de ta candidature a dû être une expérience passionnante, peux-tu nous en parler ?

Alors oui, c’était une première pour moi. C’est au départ que cela est le plus dur…heureusement que j’ai pu compter sur des amis en or et une famille formidable.
Chacun transmettant à son réseau et petit à petit j’ai gagné en visibilité sur Facebook notamment (outil sur lequel je me suis basée pour illustrer et communiquer mes démarches).
Puis une fois qu’on a décroché un premier article / interview, les choses s’accélère et alors là ça devient vraiment le pied ! C’est les journalistes qui t’appellent et plus l’inverse.

Comment vois-tu la dernière étape de cette aventure ?

Pour l’instant, j’ai à peine réalisé. Je n’ai pas encore pu me consacrer à l’étude de ce qui nous attend là-bas. Je réfléchis à ce que je vais devoir réaliser avant de partir (baptême de plongée par exemple). En tout cas, je l’imagine comme une semaine incroyable, riche en défis (collectifs, linguistiques, sportifs etc) à l’issue de laquelle nous n’aurons qu’une envie : gagner et ne pas avoir à rentrer tout de suite en France ! Je fais confiance à leur excellente organisation pour nous en mettre plein la vue !

N’hésitez pas à suivre Elisa sur sa page Facebook ou par le biais de son compte Twitter .