23 C
Sydney
samedi, mars 25, 2017
Le guide Gratuit du Working Holiday Visa Australie

TRAVAILLER DANS UNE VILLE AUSTRALIENNE

L’Australie est un pays connaissant un très faible taux de chômage grâce à une économie dynamique et à un taux d’immigration contrôlé. Quant aux salaires, ils sont généralement un peu plus élevés qu’en France, voire beaucoup plus pour certains métiers.

À la question classique « Est-ce difficile de trouver du travail là-bas ? » Disons que cela dépend avant tout de votre motivation et de votre assiduité dans les recherches. Évidemment, le réseau, le lieu où vous vous trouvez et le type d’emploi recherché sont aussi des facteurs à prendre en compte.

1) Les différents types de jobs en ville

Dans le cadre du WHV, les backpackers font principalement des petits boulots. En ville, c’est généralement le secteur de l’hospitalité qui emploie le plus de voyageurs.
Vous pouvez essayer de chercher des jobs qualifiés (finance, médecine, nouvelles technologies, etc.) en rapport avec votre domaine mais vous aurez peut-être plus de mal à trouver.
En fait, tout dépend de votre objectif, à savoir si vous souhaitez simplement travailler pour mettre de l’argent de côté et voyager (job à court terme), ou si vous avez envie de travailler dans votre branche et d’avoir éventuellement la possibilité de vous faire embaucher pour rester en Australie (job à long terme).

Hospitalité

Il s’agit du domaine de l’hôtellerie et de la restauration (serveur, aide en cuisine, barman, barista, femme de chambre, réceptionniste, etc.). C’est un des secteurs qui emploie le plus en Australie, notamment pendant la saison estivale. Avoir une expérience préalable n’est pas toujours indispensable mais fortement recommandé (savoir au moins porter 3 assiettes dans une main par exemple pour un serveur !).

 

Il est conseillé d’avoir un bon niveau d’anglais, notamment pour le service et l’accueil. Certaines régions/métiers demandent un ou plusieurs certificats pour pouvoir travailler (voir ci-dessous « Les formations »).

Salaire : Environ 16 à 28 AU$ brut de l’heure.

Commerce/Vente

Prêt-à-porter, équipements, supermarchés, sandwicherie, etc. Dans la vente, on ne vous demandera pas de certificat particulier mais il vous faudra un bon niveau d’anglais afin de pouvoir communiquer avec les clients. Vous travaillez généralement comme vendeur et/ou en caisse.
Salaire : Environ 16 à 25 AU$ brut de l’heure.

Usine

Ce n’est pas forcément le plus tentant mais sachez que vous avez de fortes chances de trouver du travail en cherchant de ce côté ! Emballage et déballage de cartons, assemblage de matériel, conditionnement de nourriture, découpe de viandes ou de poissons, etc. Tout dépend des produits traités par l’usine dans laquelle vous êtes.

Les avantages ? Les salaires y sont assez bons et le niveau d’anglais n’a pas vraiment d’importance. En revanche, les conditions de travail peuvent être difficiles (porter de lourdes charges, froid, mouvements répétitifs, etc.) et il faudra vous habituer aux horaires (jour ou nuit).
Salaire : environ 16 à 24 AU$ de l’heure.

Bâtiment

Maçon, charpentier, plombier, peintre, couvreur, électricien, etc. Le bâtiment est un secteur florissant en Australie et les compétences particulières sont très appréciées ! C’est l’opportunité de toucher un bon salaire, de trouver facilement du travail et d’être souvent dehors.

Si vous n’avez pas vraiment d’expérience mais que vous êtes manuel, n’hésitez pas à tenter votre chance! Cependant, expérience ou pas, il vous faudra certains certificats pour pouvoir travailler voir ci-dessous « Les formations ».
Salaire : environ 19 à 40 AU$ de l’heure, voir plus ! Dans l’Outback les salaires peuvent s’envoler (50 AU$/heure par exemple).

Au pair

Être garçon ou fille « au pair » à l’étranger signifie que vous résidez dans une famille, vous participez à la vie du foyer en vous occupant des enfants, mais aussi en faisant le ménage et la cuisine. Vous êtes logé et nourri, ce qui vous évite de dépenser vos économies. La paye reçue dépend souvent des moyens de la famille dans laquelle vous vous trouvez. C’est une bonne façon de s’immerger dans la vie des australiens et de parler anglais.

Au pair en Australie

 

Autres

Babysitting, cours privés de français, distribution de flyers, lavage de voitures, télémarketing, nettoyage, jardinage, travail lors d’évènements, sur les marchés, etc. Il existe une multitude d’autres petits boulots facilement accessibles aux backpackers ! Soyez créatifs et regardez partout, en particulier là où d’autres ne regardent pas !

Vous pourrez également trouver du travail dans des secteurs tels que la finance, le médical, la bureautique, le secrétariat, l’informatique, etc. Cependant, il vous faudra des qualifications précises et un très bon niveau d’anglais. Certains métiers vous demanderont également de passer une équivalence australienne. Cela vaut tout de même le coup pour celles et ceux qui ont des compétences/ diplômes particuliers à apporter et c’est l’occasion de pouvoir travailler dans votre domaine de prédilection !

RSA : Barmaid par Serapheus

2) Les formations

Dans certains secteurs et jobs, on peut vous demander d’effectuer une formation pour obtenir un diplôme précis qui vous permettra de trouver du travail plus facilement. Celle-ci se passe en un après-midi ou une à deux journées et s’obtient facilement. Sachez cependant que chaque état a sa législation propre, il vous faudra donc parfois repasser votre diplôme si vous changez de territoire.

Hospitalité

RSA (Responsible Service of Alcohol)

  • Permet d’occuper des postes où vous devez servir de l’alcool.
  • Prouve au futur employeur vos connaissances sur la législation australienne en matière d’alcool.
  • Obligatoire dans tous les états.
  • Il faut parfois le repasser car les législations ne sont pas les mêmes dans tous les états.
  • Certains packages proposent de le passer pour plusieurs états.

Le Victoria est le seul état où le RSA ne peut pas être passé en ligne mais uniquement en cours. En revanche, si vous êtes déjà détenteur d’un RSA obtenu dans un autre état, vous avez la possibilité de le mettre à jour en ligne pour ne pas avoir à le repasser.

Quelques compagnies permettant de le passer en ligne :

Edway
TCP training
Barmax
Training aid australia

Comptez généralement de 40 à 160 AU$ selon la ville et le pack choisi.

RCG Certifiate (Responsible Conduct of Gambling)

  • Permet de travailler dans les métiers du jeu et des paris (casinos, salles de jeux, etc.).
  • Il peut se passer en ligne ou en groupe dans une salle.

Quelques compagnies permettant de le passer en ligne :

Edway
TCP training
Barmax

Les prix sont aux alentours de 80 AU$ mais peuvent varier car beaucoup d’organismes proposent de le passer en même temps que le RSA.

Barista (Coffe maker)

  • Permet de travailler dans les cafés et chaînes (Starbucks,Gloria Coffee, etc.), d’apprendre toutes les techniques pour préparer le café, l’espresso, le latte, etc.
  • Il se passe en groupe dans une salle et dure généralement entre 3h et 4h.

Consultez la liste des organismes pour passer ce diplôme.

Coûte de 100 à 120 AU$, parfois plus selon le pack choisi.

barista

Bar skills

  • Permet de travailler derrière un bar et servir de l’alcool.
  • Obligation d’avoir son RSA au préalable.
  • Certains organismes proposent des packs permettant de passer à la fois le RSA, le RSG et le Bar Skills.

Le cours peut durer de une demi-journée à une journée entière.

Coût de 100 à 130 AU$.

Food Hygiene Procedures

  • Permet de travailler en cuisine, de prouver vos connaissances des règles de sécurité et d’hygiène strictes à appliquer dans le domaine alimentaire.
  • Quelques établissements peuvent vous demander de passer cette formation mais c’est assez rare.
  • Le cours dure généralement une demi journée.

Comptez de 80 à 100 AU$.

BTP

White Card

  • Obligatoire pour travailler dans le bâtiment (chantiers, terrains de construction, etc.).
  • Valable partout en Australie.
  • Elle peut se passer en ligne (3 ou 4h) ou en groupe dans une salle (une journée).

Choisissez un organisme en fonction de l’endroit où vous vous trouvez.

Coût de 40 à 80 AU$ mais les prix peuvent parfois monter jusqu’à 130 AU$.

Forklif License

  • Permet d’apprendre à conduire un forklift, ce qui représente un avantage non négligeable sur votre CV pour certains jobs (usine et bâtiment notamment).
  • Pas obligatoire mais permet de trouver du travail plus facilement.
  • La formation peut durer de un à deux jours selon votre niveau.

Comptez de 400 à 500 AU$.

Blue Card (Traff Control Course)

  • Permet de travailler comme contrôleur du trafic routier, un job plutôt bien payé !
  • Obligatoire d’avoir sa White Card avant ou possibilité de passer les deux en même temps dans certains organismes.
  • La formation dure environ un jour (6 à 7 heures).

Comptez de 140 à 170 AU$.

Bon à savoir :

• Pensez toujours à choisir un centre certifié par l’état dans lequel vous êtes.
• Pour ces formations, de nombreux organismes proposent des réductions. Les prix varient énormément d’un endroit à un autre.
• Une fois que vous avez votre diplôme, n’oubliez surtout pas de le préciser sur votre CV afin de bien le valoriser.

3) Ma recherche de job

Pour votre recherche de travail, 3 mots d’ordre :

MOTIVATION
PATIENCE
PERSÉVÉRANCE

Ce n’est pas parce que vous ne trouvez pas un emploi dès les premiers jours que tout est perdu. Votre niveau d’anglais et vos expériences professionnelles précédentes joueront évidemment un rôle.
N’hésitez pas à tenter votre chance partout, à faire du porte à porte et à en parler autour de vous, on ne sait jamais !

Où chercher ?

Sur Internet

De nombreux sites internet proposent des annonces de travail, y compris pour les backpackers. Voici les principaux :

Gumtree
Seek
Adzuna
Jobsearch

En agence

Pensez à déposer vos CV dans les agences d’intérim (générales et spécialisées) et à consulter leur site internet. Voici les principales :

Centrelink
Adecco
Manpower
Hays recruitment
Drake international
Kelly services australia

Porte à porte

C’est un moyen qui fonctionne particulièrement bien. Armé de votre CV et de votre plus beau sourire, faites le tour des restaurants, des bars, des magasins, etc. pour demander s’il y a des postes disponibles. Soyez également à l’affut car certains établissements cherchant du personnel affichent des annonces sur leurs vitrines.
Le mieux est souvent de demander directement le manager pour lui donner votre CV en mains propres. S’il n’est pas là, vous pouvez revenir ou laisser votre curriculum à un employé mais c’est un peu plus risqué.

Essayez également les internet-cafés, les centres d’information, les supermarchés et les halls des auberges où sont souvent affichées des offres d’emploi.

De manière générale, lorsque vous déposez vos CV par le biais du porte à porte, tâchez de penser aux horaires de pointe pour éviter de vous présenter au mauvais moment (comme par exemple l’heure du déjeuner dans un restaurant, le samedi après-midi dans un magasin, etc.).
Au niveau de l’anglais, préparez-vous un minimum avant car il peut arriver qu’une personne vous fasse directement passer un entretien ou vous pose simplement quelques questions sur vos expériences précédentes, votre motivation, etc.

Dans la presse

Vous trouverez de nombreuses offres d’emploi dans les journaux.

Presse nationale

The australian Newspaper

Presse régionale

Sydney Morning Herald
The Melbourne Age
The Adelaide Advertiser
The West Australian
Northern Territory News
Brisbane Courier Mail
The Hobart Mercury

Réseau

Le bouche à oreilles et les contacts fonctionnent bien alors n’hésitez pas à en parler autour de vous car quelqu’un connaît peut-être quelqu’un… et ainsi de suite !

Les principaux conseils pour trouver du travail :

Travaillez votre anglais pour optimiser vos chances.
N’attendez pas de ne plus avoir d’argent pour vous mettre à chercher. Commencer avant d’être dans le rouge vous évitera du stress et vous laissera plus de flexibilité.
Ne cherchez pas uniquement dans les grandes agglomérations, au contraire ! Les petites villes et les banlieues voient moins de backpackers demander du travail et c’est là que vous pourrez justement trouver.
Adoptez la « positive attitude », présentez-vous en étant motivé, confiant, souriant et rapidement disponible.
Soignez votre CV car c’est lui qui donnera envie de vous rappeler… ou pas !

Bon à savoir :

Pensez à demander aux campings, aux stations service et autres.
Ne vous cantonnez pas aux principaux secteurs et regardez partout. Cherchez aussi du côté des mines car les emplois y sont extrêmement bien payés. Si vous n’avez pas de compétences spécifiques, vous pourrez y trouver des petits jobs dans le nettoyage ou en cuisine par exemple.
Les cours de français et le « dog sitting » sont à la mode, profitez-en !
Si vous postulez pour un emploi qualifié et que l’on vous demande une reconnaissance de vos compétences, rendez-vous sur le site gouvernemental de l’AEI-NOOSR.

4) Le CV ou « resume » en Australie

En Australie, le CV (« resume » en anglais) n’est pas le même qu’en France. N’essayez pas de tout mettre sur une seule feuille, mieux vaut au contraire prendre le temps de détailler votre CV (sans écrire un roman évidemment).

Rédiger un bon cv-resume est un atout

 

La construction de votre CV dans l’ordre :

  • Info personnelles (« Contact Details »)
    Prénom, nom, adresse, téléphone, email.
  • Titre
    Phrase courte et pertinente en rapport avec le poste concerné.
  • Compétences (« Skills »)
    Mettre en avant les compétences que vous avez (informatique par exemple) et adapter selon le travail recherché.
  • Exériences professionnelles (« Professionnal Exeriences »)
    Dates, nom de la société, poste occupé et description des différentes tâches réalisées.
  • Diplômes
    Dates, nom du diplôme ou de la formation et de l’établissement (ville, pays).
  • Références (« Referees »)
    Anciens professeurs, employeurs, etc. Choisissez des contacts joignables et connaissant votre profil ainsi que vos capacités dans le domaine du travail.

Les principaux conseils pour optimiser votre CV :

Limitez les informations personnelles. Pas besoin de préciser votre âge, votre statut marital ni de mettre une photo, cela peut être considéré comme discriminatoire.
Évitez de préciser sur le CV que vous êtes en WHV, vous le direz au cours l’entretien.
Veillez à bien traduire vos diplômes. Pour cela, consultez la « Traduction des principaux diplômes » en Annexe de votre Guide.
N’hésitez pas à détailler le plus possibles les compétences et les expériences professionnelles (ou le cursus si vous n’avez pas beaucoup d’expérience).
Pensez à soigner l’orthographe et la grammaire pour l’anglais !
N’oubliez pas de mettre une adresse locale et un numéro de téléphone sur lequel vous êtes facilement joignable.

L’important est de trouver un juste équilibre pour que votre CV soit détaillé tout en restant aéré, clair et lisible.

Retrouvez des « Exemples de CV » en Annexe de votre Guide.

5) Lettre de motivation

La lettre de motivation (« Cover letter » en anglais) n’est plus tellement indispensable mais peut tout de même être demandée pour certains postes. Elle permet de se présenter, d’accompagner le CV et de donner un profil de vous plus complet à l’employeur. Il faut donc lui donner envie d’en savoir plus et de vous contacter.

La construction de votre lettre de motivation dans l’ordre :

Coordonnées
Première partie: poste pour lequel vous postulez
Deuxième partie: expériences et compétences que vous apportez au poste et à l’entreprise, vos points forts par rapport à leurs besoins.
Formule de politesse

Les principaux conseils pour votre lettre de motivation :

Oubliez la laborieuse lettre manuscrite, celle tapée à l’ordinateur sera parfaite !
Pensez à bien adapter votre lettre en fonction de l’emploi pour lequel vous postulez et montrez les compétences que vous avez à apporter.
Similaire à la lettre de motivation française, la version anglaise devra par contre être plus concise.
Faites attention à bien aérer la lettre pour éviter l’effet « bloc » et évitez de répéter votre CV.
Évitez de trop utiliser la première personne (« I ») et ne parlez pas de salaire avant l’entretien.
N’hésitez pas à vous faire aider par un ami anglais ou ayant un meilleur niveau si vous planchez un peu !

6) Entretien d’embauche

Il s’agit du « job interview ». En Australie, il est généralement moins formel qu’en France et peut très bien se faire dans un café par exemple. Cela ne vous empêche tout de même pas de sourire et d’être correctement habillé. Les australiens sont certes plus détendus mais évitons tout de même le short et les tongs pour l’entretien !

Même si vous ne postulez pas pour le job de votre vie, montrez que vous êtes motivé et que vous avez vraiment envie d’être engagé. Précisez bien à votre futur employeur que vous êtes en WHV et que vous pouvez travailler pour lui sur une période de 6 mois. Pour ne pas le freiner, n’hésitez pas à lui faire comprendre que vous aimeriez rester plus longtemps (même si ce n’est pas tout à fait le cas). Enfin, n’oubliez pas de préparer un peu votre discours avant d’y aller car il s’agit d’un entretien dans une autre langue que la vôtre.

Bien évidemment, adaptez-vous au lieu ou à l’entreprise pour laquelle vous postulez. Le discours et la tenue seront différents si vous passez un entretien pour un bar ou pour une banque !
Good luck !

7) Les salaires

En Australie, le salaire minimum est fixé par un organisme gouvernemental : le Fair Work Australia.
Il ne faut pas hésiter à les contacter si vous avez besoin de conseils ou si vous avez un problème avec un employeur.

Le salaire minimum en Australie est de 17.70 AU$ de l’heure soit 672.70 AU$ par semaine (calcul effectué sur la base d’une semaine de 38 heures, avant taxes).
Vous avez les mêmes droits que les citoyens australiens, vous n’êtes donc pas censé être payé moins que cette somme. Cependant, sachez que cela peut tout de même changer si par exemple vous faites du fruit picking et que vous êtes payé à la quantité de fruits ramassée. De plus, il peut arriver que l’on vous propose un salaire plus bas, tout simplement, c’est donc à vous d’accepter ou pas ! Pour les chanceux, vous pourrez aussi tomber sur un job qui paye beaucoup plus comme précisé ci-dessus (dans la construction par exemple).

Consultez les taux et informations sur le site Fair Work.

Liste des secteurs qui recrutent le plus :

  • Tourisme, hôtellerie, gastronomie
  • Santé
  • Exploitations minières et agricoles
  • Industrie
  • Métallurgie
  • BTP
  • Commerce/Vente
  • Hautes Technologies
  • Services

8) Les pièges à éviter

Sur internet

C’est l’endroit où vous trouverez le plus grand nombre d’annonces, cependant prudence ! Certaines peuvent paraître un peu trop « parfaites », proposant un travail génial, une ambiance super et une paye extraordinaire sans finalement dire en quoi ce « job de rêve » consiste exactement. Sur le site Gumtree notamment, lisez bien les annonces.
Si l’une d’entre elle vous paraît trop vague, n’hésitez pas à appeler pour demander le maximum de détails sur le travail proposé. Si l’une d’entre elle vous paraît étrange (massage spécial pour particulier par exemple), laissez tomber !

Le porte à porte

Lors de l’entretien (souvent en groupe), vous ne savez pas encore exactement ce que vous allez faire, comment, ni pour combien. On vous dit juste que vous allez vivre une aventure extraordinaire et que vous allez gagner beaucoup d’argent. Ce que l’on ne vous dit pas ou pas clairement, c’est que le porte à porte est un métier particulièrement ingrat et que vous êtes payé à la commission. De plus, il consiste souvent à escroquer les gens en leur vendant des produits de façon plus ou moins frauduleuse.

9) Quelques conseils

Ne donnez jamais vos informations personnelles (numéro de passeport, de visa, etc.) à l’employeur par le biais d’internet ou par téléphone. Tout doit se faire en personne avec des documents légaux.
Si une annonce vous intéresse, appelez directement la personne ou rendez-vous sur place si c’est possible.
Lorsque vous passez par une agence d’intérim, assurez-vous qu’elle est agréée par l’état.
Lors d’un entretien, les missions, le salaire et les conditions de travail doivent être claires. Si ce n’est pas le cas ou si vous avez un doute, passez votre chemin !
Assurez-vous avant de commencer que le travail proposé est bien légal et déclaré.
Pour tout renseignement sur vos droits et ceux de vos employeurs, rendez-vous sur le site FairWork du gouvernement.