WWOOFING ET HELPX EN AUSTRALIE

9
249
Le Wwoofing en Australie

Un bon moyen pour s’immerger dans le milieu anglophone et australien, rencontrer des autochtones et faire l’expérience de styles de vie différents est souvent de séjourner chez l’habitant. Comment et à quel prix ? Eh bien, grâce aux réseaux d’hospitalité, la réponse est simple : c’est (presque) gratuit !

Le wwoofing en Australie

Sous ce drôle d’acronyme se cachent les mots « Willing Workers on Organic Farms », soit « travailleurs volontaires dans les fermes biologiques ». Le WWOOFing est le plus grand réseau d’hospitalité d’Australie et fonctionne sur un principe d’entraide : il s’agira pour vous d’effectuer un séjour chez l’habitant où vous travaillerez en échange du gîte et du couvert.

Le Wwoofing en Australie

Le réseau WWOOFing comprend deux types de membres : les hôtes (« hosts ») et les volontaires (« helpers »). Les hôtes sont des fermiers, familles et autres individus qui ont besoin d’un coup de main sur leur propriété ou pour faire fonctionner leur entreprise.

Les volontaires sont des voyageurs et autres nomades qui sont prêts à venir apporter cette aide, en échange de quoi les hôtes s’engagent à leur fournir un toit, un lit et tous leurs repas !

Le Wwoofing en Australie

Le WWOOFing étant un réseau de particulier à particulier, le travail demandé et le logement fourni varient d’hôte à hôte. Selon les moyens de ces derniers, vous pouvez être logé dans une chambre d’ami, une caravane dans le jardin, un cottage individuel, etc.

Si les origines du WWOOFing se trouvent bien sûr dans les fermes bio, de nos jours le réseau s’est élargi pour accueillir toutes sortes de membres. Au lieu de jardiner ou de ramasser des fruits et des légumes, vous devrez peut-être vous occuper des enfants, faire des travaux de rénovation dans la maison ou même concevoir un site internet pour l’entreprise de vos hôtes – tout dépend de leurs besoins et de vos capacités !

Généralement, on vous demandera une vingtaine d’heures par semaine (de 4 à 6h par jour) de votre temps et de votre énergie pour mettre la main à la pâte. Encore une fois, la durée de travail et sa répartition dépendent de vos hôtes, de leurs projets du moment et se règle donc au cas par cas. Pour plus de renseignements, rendez-vus directement sur la page dédiée du site WWOOFing Australie.
Durant votre temps libre, vous pourrez à votre guise vous reposer ou partir à la découverte de la région – certains hôtes mettront même à votre disposition des vélos, kayaks ou autres petits « bonus » bien appréciables pour profiter comme il se doit de votre séjour !

Devenir Wwoofer

Si tous ces séjours ne vous coûteront rien de plus que l’argent nécessaire à payer votre billet de bus ou votre essence pour vous rendre jusqu’à la propriété de vos hôtes, il vous faudra toutefois commencer par payer une modeste cotisation annuelle pour devenir membre du réseau WWOOF : $70 par an (environ 46€). Pour ce prix, vous obtiendrez le livret qui recense tous les hôtes du réseau.

Chaque entrée donne le nom des hôtes, une courte description de leur propriété et activités, ainsi qu’adresse et numéro de téléphone pour les contacter. Votre cotisation annuelle vous fait également bénéficier d’une police d’assurance basique qui vous couvre dans le cadre de vos séjours WWOOF.

Vous pouvez devenir membre du réseau en achetant l’application mobile
ou en commandant le livret par internet , livret que vous pouvez acheter dans des lieux tels que certaines auberges de jeunesse ou agences de voyage pour jeunes.

Une fois le livret en poche, il n’appartient qu’à vous de le feuilleter et de passer un coup de fil aux hôtes dont le profil vous intéresse afin d’organiser un séjour. Ce dernier peut se faire pour toute sorte de durées, d’une semaine à plusieurs mois.

Le Wwoofing en Australie

Lors de la prise de contact avec les hôtes et une fois sur place durant votre séjour, n’oubliez pas de respecter le « code de conduite » du bon WWOOFer : contactez-les un peu à l’avance pour fixer la date de votre séjour, tenez vos engagements, ou s’il vous est devenu absolument impossible de vous rendre chez vos hôtes comme convenu, prévenez-les aussi tôt que possible de vos changements de plan.

Le WWOOFing n’est pas seulement une opportunité d’être logé et nourri sans dépenser le moindre sou, c’est aussi une occasion de faire des rencontres et de lier des relations – ne rechignez pas au travail ! Si vous vous sentez « exploités », vous pouvez changer d’hôte ou tout simplement ne pas poursuivre votre carrière de WWOOFer – le principe du travail bénévole ne convient pas toujours à tout le monde 🙂

Whv/pvt et Wwoofing !

Bien que les hôtes WWOOF vous offrent évidemment une compensation pour vos services rendus sous la forme d’un toit et de nourriture, aucune rémunération financière n’entre en jeu. Par conséquent, le WWOOFing est considéré comme du volontariat, et vous pouvez légalement le pratiquer même si vous ne détenez qu’un simple visa touriste.

Le Wwoofing en Australie

Attention : Le travail volontaire (Wwoofing et HelpX) n’est plus éligible pour le Second Year Visa. Depuis le 31 août 2015, les postulants au Second Year Visa doivent fournir des fiches de salaire correspondantes lorsqu’ils font leur demande. Plus d’infos ici.

Réseaux alternatifs : HelpX , Couchsurfing, Servas, …

Le WWOOF n’est pas le seul réseau d’hospitalité à proposer de vivre chez des australiens : HelpExchange fonctionne sur le même principe, mais se base sur son site internet plutôt que sur un livret papier. Devenir membre d’HelpX est moins cher (compte gratuit ou compte Premium à 20€ sur deux ans pour une ou deux personnes), mais leur réseau australien est moins étendu que celui du WWOOFing.

Le Wwoofing en Australie

D’autres organisations comme CouchSurfing et Servas proposent également une autre alternative d’hospitalité, un peu différente. Sur ces réseaux, les hôtes vous fourniront en général seulement le logement et vous devrez vous débrouiller pour les repas.

Aucun travail ne vous sera demandé en échange de cet hébergement « dépannage », qui se pratique plutôt pour de courts séjours d’1, 2 ou 3 nuits. Bien sûr, il est quand même bienvenu de votre part de ne pas arriver les mains vides – une petite bouteille de vin ou autre geste d’appréciation et de bonne volonté sera très apprécié !

9 Commentaires

  1. hello,
    ton blog est génial !!!! il apporte plein de réponses à mes questions !!7
    merci bcp 😉
    toi qui à l’air d’avoir une sacrée experience, pense-tu que faire du woofing est une bonne chose pour comencer mon aventure dans la mesure ou je ne parle pas un mot anglais ??

  2. Il te faudra parler un minimum d’anglais afin de contacter les hôtes et organiser ton séjour, mais en dehors de cela, les hôtes ont l’habitude d’avoir des volontaires qui ne parlent pas très bien la langue… ils sont donc généralement très patients et tolérants là-dessus, tant que toi-même tu fais preuve de bonne humeur et de bonne volonté 🙂 Le côté « immersion totale » via la vie quotidienne avec des australiens devrait t’aider à faire des progrès rapidement.

  3. Je me posais une question : vu qu’on peut faire du woofing avec un visa tourist, est ce que si on a fait son premier whv sans travailler 3 mois en région rural on peut revenir en tourist, faire 3 mois de woofing et postuler pour un second whv ? Ou bien il faut impérativement faire les 3 mois pendant le premier whv ?

  4. Salut,

    Je suis francaise et je cherche a faire du woofing en Australie. Je m’y prends vraiment tard car j’aimerai bien me poser quelque part dans 7 jours..
    J’ai l’impression que joindre la communauté des woofers va me prendre trop de temps acar je suis dans la nature sans guichet a proximité et je n’ai pas le temps d’attendre de recevoir le livre..

    Je ne sais pas si tu peux m’aider mais je ne perds rien à te contacter. Peut etre as tu un compte ou je pourrais aller prendre les numeros de telephone ou les adresses mails des fermiers? ou le numero de ceux qui t’ont accueilli?!

    En esperant avoir des nouvelles!

    Très cordialement,

    Delphine

  5. Bonjour,
    1-je voulais savoir si c’était possible de trouver des hotes proposant du helpx ou du wwoofing en étant à moins de 30 minutes en voiture d’une grande ville comme sydney ou melbourne?
    2-Combien de temps peux t’on faire ce type d’expérience sans visa (ou avec un visa touristique?)
    merci d’avance!

  6. Bonjour, j’ai lu cette article a propos du wwoofing et vous dites qu’il ne faut qu’un visa touristique pour pratiquer le wwoofing en Australie mais quand je contact l’ambassade pour avoir des précisions il me disent qu’il faut avoir un visa WHV pour travailler même bénévolement en Australie. Quand je leur parle de ce site ils me disent ont ne travail pas avec ce site veuillez vous référer au site du gouvernement. Que faire? Merci d’avance