L’AUSTRALIE DANS VOTRE ASSIETTE

4
120
Lamington Cakes
Lamington Cakes

En tant que bons français réputés de par le monde pour notre cuisine et notre sens de la gastronomie, ou plus simplement notre amour de la bonne bouffe, nous nous posons tous tôt ou tard la même question : que mange-t-on en Australie ?

De prime abord, la réponse à cette question peut paraitre décevante : l’Australie est un pays jeune, colonisé par des européens. Ces derniers ont tout naturellement importé avec eux leurs habitudes alimentaires et la nourriture servie à l’autre bout du monde n’est pas tellement différente de la nôtre. Le « Sunday roast », ou rôti du dimanche, en est l’exemple parfait : une viande rôtie traditionnelle (porc, bœuf, agneau ou poulet) inévitablement accompagnée de pommes de terre au four et de quelques légumes anodins (brocoli, haricots, petit pois…). La seule véritable différence d’avec la France tiendra ici dans les origines britanniques des colons : avec l’agneau tout particulièrement, la sauce à la menthe (« mint sauce ») est presque obligatoire.

La question devient alors : mangera-t-on vraiment différemment en Australie ?

Les premières différences se remarquent sans doute sur les étagères des supermarchés, lors de la première expédition shopping. Parmi les produits adorés des australiens, on trouvera dans les rayons :

La Vegemite est LA concoction 100% australienne par excellence, bien qu’elle ressemble à la Marmite anglaise. Il s’agit d’une pâte à tartiner faite à partir d’extrait de levure. L’idée ne vous titille pas les papilles ? L’apparence noire et visqueuse du produit ne vous séduira probablement pas davantage, et rares sont les français capables d’apprécier cette « spécialité » au goût salé, qui se « déguste » finement étalée sur un toast beurré. Rassurez-vous : on trouve aussi du Nutella en Australie !

Tartine de Vegemite
Tartine de Vegemite

Les TimTam, en revanche, ont la côte auprès de tous les visiteurs : il s’agit de délicieux biscuits chocolatés déclinés en multiples variations (chocolat noir, caramel, etc). Ils sont aussi à l’origine d’une pratique à la fois célèbre et désuète, le « TimTam Slam » : croquez les deux extrémités de votre biscuit, puis servez vous du reste comme d’une paille pour boire votre thé ou votre café. Un exercice plus délicat qu’on ne le croit… Et par délicat, entendez « salissant » !

English Breakfast

Côté conserves, on ne manquera pas de saluer les « Baked Beans » (haricots blancs en sauce) et les spaghettis précuits ! Les « baked beans », particulièrement, demeurent très populaires et servent à la fois d’accompagnement, de repas de camping et de petit-déjeuner : la tradition anglaise du petit-déj salé composé d’œufs, de bacon, de haricots et de « hashbrown » (galette de pommes de terre) a elle aussi été importée en Australie.

Poursuivre son exploration en ville révèle aussi ses petites particularités côté snacks à emporter : si le français a sa baguette et le new-yorkais son hot dog, l’australien se tourne quant à lui vers le fish’n chips (poisson frit et frites) ou la « meat pie » (tarte à la viande).

Fish and chips fast food

Jusqu’ici, il n’est donc pas question de grande gastronomie, et l’abondance de fast food à tous les coins de rue (McDonald’s, Hungry Jacks, Subway…) peut faire craindre le pire : après tout, l’Australie souffre d’un des plus hauts taux d’obésité au monde. C’est avec un peu plus d’inquiétude que notre question se transforme soudain en :

Peut-on bien manger en Australie ?

Heureusement, la réponse est oui ! Le premier atout de l’Australie vient de son multiculturalisme : fondée sur des vagues d’immigration en provenance des quatre coins du monde, l’Australie n’a pas uniquement importé les traditions culinaires du Royaume-Uni mais aussi celles de l’Italie, de la Grèce, du Vietnam, de la Chine, de l’Inde et de la Malaisie (liste non exhaustive !). En cherchant un peu, il est donc très rapidement possible de trouver des restaurants aussi exotiques que variés, et ce pour tous les budgets : ces plats de tous horizons sont disponibles aussi bien dans les « food courts » des grands centres commerciaux (à partir de $5 le déjeuner) que dans des établissements plus réputés (de $15 à $40 le plat principal).

Les restaurants australiens se distinguent également par leur capacité à satisfaire différentes exigences alimentaires : il y a quasiment toujours des options végétariennes et de plus en plus souvent des alternatives pour les personnes allergiques au gluten.

Etal de marché

Le second atout du pays vient tout simplement de ses terres : l’Australie abonde de produits locaux frais. Les vergers croulent sous les fruits chaque année et les grandes différences de climat d’un bout à l’autre du continent permettent de cultiver aussi bien des fruits tempérés (pommes, poires, pêches, abricots…) que tropicaux (bananes, ananas, mangues…). Ces derniers réservent parfois quelques surprises, puisqu’on trouve parmi la sélection des fruits généralement inconnus au bataillon européen : tamarillos, « custard apples », sapote et « dragonfruit » sont parmi les plus étranges, promettant d’ailleurs quelques dégustations intéressantes.

 Dragon fruit
Dragon fruit

Les australiens ont également appris à tirer parti de leurs raisins pour faire du vin, et des régions comme la Barossa Valley (SA), la Hunter Valley (NSW) ou Margaret River (WA) produisent syrahs, pinots, sauvignons, chardonnays et autres cépages.

Le houblon est aussi de la partie et chaque état dispose de sa bière attitrée : Tooheys (NSW), Victoria Bitter (Victoria), XXXX (QLD), Boags (TAS), Coopers (SA), Emu Bitter (WA)… Sans compter un certain nombre de brasseries de qualité mais de plus petite envergure, comme Little Creatures à Fremantle ou James Squire à Sydney. Une seule constante : personne ici ne boit de la Foster !

Tout cet alcool permet de faire descendre bien des bons repas : le vin se déguste de préférence avec des fromages artisanaux en provenance directe de Tasmanie, tandis que la bière est la boisson officielle de ce grand rituel australien, l’incontournable barbecue. Plus qu’un rituel, le « BBQ » est presque une institution : non seulement tout le monde en a un, mais ils envahissent même une grande partie des espaces publics type parcs et aires de camping. Fonctionnant en libre service, ils peuvent être gratuits ou activés pour la modique somme d’un ou deux dollars.

barbecue

Sur le grill, les australiens jetteront de la « seafood » ou de la viande : l’océan leur fournit langoustes, crabes, crevettes et poisson frais (dans le nord, le barramundi est particulièrement apprécié), et les fermes de l’intérieur du pays produisent steaks de bœuf et côtelettes d’agneau à volonté. Bien qu’elles ne soient pas passées dans les mœurs de l’australien moyen, des viandes un peu plus typiques sont disponibles chez certains bouchers et dans certains restaurants : le visiteur se fera donc un plaisir de taquiner son palais avec du gibier de kangourou, d’émeu, de crocodile, de buffle ou encore de dromadaire.

Restaurant

Pour le dessert, l’Australie se targue de deux spécialités : la pavlova, une grande meringue fourrée de fraises et de fruit de la passion, et le lamington, un gâteau saupoudré de noix de coco. Muffins et brownies sont eux aussi très populaires.

Pavlova cake
Pavlova cake

Que mange-t-on en Australie ? Au final, la réponse à cette question ne dépend que de vous : fast food américain, snacks sur le pouce, nourriture européenne, cuisine du monde, produits locaux… L’Australie offre un vaste panel de choix et il ne tient qu’à vous de faire le vôtre.

Bon appétit !

4 Commentaires

  1. Bon et bien pour moi si ya bien une seule chose qui me fait bien penser que je pourai pas vivre definitivement en australie c »est bien la nouriture et en particulier le pain et le fromage qui sont a des prix exorbitant et pour un resultat plutot mediocre… Et je parle pas de la charcutrie … Mais sinon les fruit un regale mhhhhh

  2. Faux la charcuterie est excellente en Australie. Grâce à l’immigration espagnole et italienne on trouve de très bonnes choses. J’adore la cuisine et je mange très bien en Australie. J’ai découvert de nouvelles choses, et le kangourou voire le wallaby sont régulièrement à mon menu. Les produits de la mer sont très riches, et en terme de fruits et légumes c’est à peu près le bonheur partout, sauf en terme de tomates. Fromage c’est pareil on trouve tous les fromages italiens, grecs, libanais ou espagnols. Pour le brie et le camembert, aller au marché est impératif : ceux de Tasmanie vendus en supermarché sont infâmes, et malheureusement trop de français se font leur opinion là-dessus… Pour le pain en revanche c’est vrai : très difficile de trouver du bon pain bon marché, même sur les marchés, il est toujours sous-cuit. Il vaut mieux alors se ranger du côté des pains plats turcs, indiens ou libanais. Niveau resto la qualité moyenne est nettement supérieure à la France, tout simplement parce que le fait-maison est nettement plus répandu, et que dans un resto en Australie, servir du vite fait mal fait avec des produits surgelés ne se fait pas, ou en tout cas pas aux échelles délirantes de la France… Donc globalement je mange tout simplement mieux ici qu’en France. Seuls me manquent le pain et les pâtisseries. Mais niveau viandes, fruits, légumes, poissons et autres, je préfère car c’est plus varié, tout simplement.

    Et il ne faut évidemment pas se fier aux aptitudes culinaires de l’australien moyen, qui n’est guère plus doué qu’un français moyen et qui comme lui fera trop cuire ses pâtes, cramera sa viande, ou ne saura même pas faire bouillir une patate.

  3. je suis d’origine italienne…t’es dingue… c’est des klettes d’italo australien… la charcuterie c’est dégeulasse… chorizo couleur bizarre dégeulasse…

    Sinon ou je suis y a une boulangerie francaise tenue par des asiatiques, ca vaut pas les boulangerie de chez nous, mais c’est bon, croissant, éclair au chocolat, couque aux raisins… ca fais plaisir quand même ;-à)