Grande Barrière de Corail

Une étude universitaire rapporte que des poussières de charbon ont infecté la Grande barrière de corail sur plusieurs centaines de kilomètres
Une étude universitaire rapporte que des poussières de charbon ont infecté la Grande barrière de corail sur plusieurs centaines de kilomètres.

Elles se sont accumulé partout maintenant sur la Grande barrière de corail, pas seulement à côté des sites de dragage ou des ports, et elles excèdent les niveaux de toxicité près des littoraux .

a averti Terry Hughes, professeur à la James Cook University de Townsville.
Le compte à rebours a déjà commencé. Après que l’Unesco ait menacé de placer la Grande barrière de corail sur la liste des sites en danger, plusieurs sénateurs australiens étaient cette semaine dans le Queensland pour examiner comment le gouvernement régional s’empare du problème.

Le professeur Terry Hugues, professeur à la James Cook University de Townsville (Queensland), par ailleurs directeur du Australian Research Council centre of excellence for coral reef studies, explique qu’une nouvelle étude montre que des poussières de charbon ont contaminé la Grande barrière sur plusieurs centaines de kilomètres.

« Je pense que cette nouvelle preuve est suffisante pour prouver que les permis récents de dragage doivent être révoqués », a affirmé Terry Hugues aux sénateurs cette semaine à Townsville.

Le Conseil des ressources du Queensland défend des projets de dragage, lesquels incluent un projet au nord de Hay Point, près de Mackay. Son chef exécutif, Michael Roche, déclarant à la version australienne du Guardian que les impacts de poussières de charbon étaient localisées et temporaires, et n’affecteront pas sur le long terme la vie des coraux de la Grande Barrière.

Partenaire Australia-australie.com