LA GOLD COAST

0
228
Surfers Paradise

À une heure de route au sud de Brisbane, une destination balnéaire dont le nom même suffit à suggérer le rêve : la Gold Coast, ou Côte d’Or. Connue pour ses plages de sable blanc interminables flanquées de hauts gratte-ciels rutilants au soleil, la Gold Coast a tout d’un Miami australien : une agglomération à l’aura aussi irrésistible que clinquante, où la beauté naturelle de l’Océan Pacifique et des forêts humides de l’arrière-pays côtoie le foudroyant bling bling des clubs et des parcs d’attraction.

Surfers Paradise

La Gold Coast, un air « d’alerte à Malibu » à  Surfers Paradise

S’étendant sur près de 60 km le long de la côte est de l’Australie, la Gold Coast est la sixième agglomération du continent de par la taille de sa population : plus d’un demi million de résidents permanents habitent ses nombreuses localités, de Beenleigh à Coolangatta. Ce qui les attire ? Un climat subtropical doux et ensoleillé, une industrie du tourisme florissante, une ambiance moderne et peut-être même la proximité de la capitale, Brisbane : grâce à l’autoroute et au train, certains font le déplacement tous les jours pour aller et venir du travail.

Surfers Paradise

Durant le week-end et les vacances, ils sont encore plus nombreux à envahir en masse la Gold Coast, en particulier l’un de ses centres d’activité les plus plébiscités : Surfers Paradise. Les novices tout comme les accrocs de la vague peuvent ici venir jeter leur planche à l’eau, en solo ou sous l’œil expérimenté d’instructeurs professionnels.

De nombreux spots de surf jalonnent le reste de la côte, et il y a comme un air d’Alerte à Malibu à regarder les maitres nageurs australiens qui surveillent leur périmètre soigneusement marqué par des drapeaux jaunes et rouges assortis à leurs maillots.

De Gucci à Sea World, shopping et divertissements

Pour autant, la plage n’est pas l’activité reine de la Gold Coast, mais seulement une occupation parmi tant d’autres : une fois tartiné de sable et d’écume, il suffit d’arracher ses yeux aux mille nuances de l’Océan Pacifique et de tourner la tête pour se laisser séduire par les sirènes urbaines.

Surfers Paradise

Artères commerçantes et immenses galeries marchandes regroupent des enseignes prestigieuses et disparates, de Gucci à Quiksilver. Les rues sont animées par des restaurants chics, des bars bondés et des clubs en folie où DJs et musique live se relaient jusqu’au bout de la nuit pour le plus grand bonheur des jeunes et des fêtards de tous bords.

Une célébration alcoolisée qui culmine chaque année à la fin novembre quand les « Schoolies », ou nouveaux bacheliers, viennent se lâcher et se déchaîner par milliers pour fêter collectivement la fin des examens.

Dépenser une énergie indomptable dans une ambiance fun, c’est aussi possible dans l’un des nombreux parcs à thème de la région : par leur nombre comme par leur démesure, les parcs d’attractions de la Gold Coast sont des rois inégalés en Australie. Soleil et atmosphère balnéaire oblige, plusieurs parcs se basent sur un univers aquatique : Wet’n’Wild et WhiteWater World misent sur les sensations fortes et le gigantisme avec des toboggans à eau plein de courbes et de loopings, des bouées énormes lancées à toute vitesse dans les tunnels et d’immenses piscines à vagues.

SeaWorld adopte une approche légèrement différente, mi parc d’attraction, mi zoo, où après un tour en grand huit il est possible d’aller nager dans les bassins des dauphins, requins et otaries, ou de contempler les pingouins et ours polaires qui habitent également les enclos du parc.

Et si vous en avez assez de voir votre peau flétrir après trop d’heures passées dans l’eau, il reste les parcs « secs » : Dreamworld reprend la combine parc/zoo où les visiteurs passent de la contemplation de l’île des tigres à la chute vertigineuse de la tour de la terreur. Warner Bros Movie World choisit de faire tomber, tourner, virer et paniquer les amateurs d’adrénaline dans des manèges reprenant les univers de films tels que Batman, L’arme fatale et Scooby-Doo.

La Gold Coast entre parcs animalier et découverte de l’arrière pays de forêts tropicales

Après l’effort, le réconfort : pour se détendre et se remettre des sensations fortes, la Gold Coast propose aussi des attractions naturelles. Très populaire, le Currumbin Wildlife Sanctuary est un parc animalier où il est possible de nourrir kangourous et perroquets, de câliner les koalas, d’observer wombats et crocodiles, mais aussi d’assister à des spectacles de danses aborigènes et d’écouter le son du didjeridoo.

Comme d’autres parcs réputés, Currumbin se sert de ses bénéfices pour financer un « wildlife hospital » venant en aide aux animaux sauvages victimes d’accidents, souvent frappés par des voitures ou entortillés dans du fil de pêche.

Aussi bon soit le parc, il ne remplace toutefois pas une véritable expérience de la nature à l’état sauvage : pour cela, il faudra se diriger vers l’arrière-pays de la Gold Coast, le « Hinterland ». Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le parc national de Lamington offre balades et randonnées à travers de mystiques forêts pluviales et jusqu’à des cascades enchanteresses.

Lamington National Park- Queensland

Habité de pademelons (petits cousins du kangourou) et de possums, le parc est surtout célèbre pour la richesse et la beauté de sa faune aviaire : perroquets rouges et bleus, oiseaux lyre aux chants multiples empruntés à d’autres oiseaux, et regent bowerbird à l’inoubliable plumage noir rehaussé de jaune vif. Dans ces forêts ancestrales, l’agitation de la Gold Coast parait soudain lointaine, ses arrogants gratte-ciels ne deviennent plus qu’une silhouette indistincte sur l’horizon brumeux du Pacifique…


LA GOLD COAST : PRATIQUE CORNER

  • La Gold Coast se situe à 75 km au sud de Brisbane via la Pacific Motorway.
  • Depuis Brisbane, vous pouvez également rejoindre la Gold Coast par transports en commun: prenez le train depuis Central ou Roma St jusqu’à Nerang, et de là le bus 745 jusqu’à Surfers Paradise. Un trajet de près de 2H qui vous coûtera entre AU$8,12 et AU$9,55 avec une go card selon l’heure à laquelle vous voyagez.
  • La Gold Coast dispose aussi de son propre aéroport. Au niveau domestique, ce dernier assure des vols directs vers Sydney, Melbourne, Hobart, Perth, Adelaide et Cairns grâce à JetStar, Virgin et Tiger Airways. À l’échelle internationale, Air New Zealand et Air Asia s’ajoutent à la liste des compagnies pour permettre des vols directs jusqu’à la Nouvelle-Zélande et Kuala Lumpur (et de là, la France).
  • Depuis l’aéroport, attrapez le bus 702 jusqu’à Surfers Paradise. Comptez 45 minutes de trajet, facturé entre AU$4,02 et AU$6,90 selon l’heure et le billet.
    Pour vous déplacer sur place, pensez à la très pratique Gold Coast Tourist Shuttle.
  • Cette navette dessert toutes les attractions de la région et propose des pass trajets illimités à partir de AU$79 pour 3 jours, ou AU$149 pour 10 jours.
  • Pour visiter les parcs d’attraction, il vous faudra payer : AU$74 à Wet’n’Wild,
    AU$89 à Sea World et Warner Bros Movie World, ou si vous comptez visiter les 3, optez pour un « Holiday Ticket » à AU$99 (7 jours) ou à AU$104 (21 jours) qui vous donnera des entrées illimitées dans tous ces parcs (une seule entrée pour Wet’n’Wild) !
  • De leur côte, Dreamworld et White Water World facturent AU$85 la journée. Vous pouvez également opter pour un pass illimité (« Season Pass ») valables dans les deux parcs à partir de AU$99 !
  • Le Currumbin Wildlife Sanctuary est ouvert tous les jours de 8H à 17H. Le sanctuaire est desservi par les lignes de bus 700, 760 et 765. L’entrée coûte AU$49/personne.
    Le parc national de Lamington se trouve à 50 km au sud-ouest de la Gold Coast. Comptez une bonne heure de route – les voies sont sinueuses pour monter dans les hauteurs de l’arrière-pays ! L’entrée au parc national est gratuite. Le camping est permis à Green Mountains pour AU$5,30/personne/nuit, et au lodge de Binna Burra.